Un jeune phoque du cercle polaire s’échoue sur le bassin d’Arcachon

Un phoque annelé vivant sur la banquise a été retrouvé sur une plage du bassin d’Arcachon. Victime de plaies multiples et d’une infection pulmonaire, il est pris en charge au centre de soins de la LPO à Audenge. Son arrivée chez nous pose de nombreuses questions

Il y a des trajets qui restent mystérieux. C’est le cas de ce jeune phoque annelé retrouvé en mauvaise passe sur le bassin d’Arcachon ce samedi 24 mars 2018. Vivant sur la banquise et ne s’aventurant que dans les eaux froides de la mer Baltique, il a dû parcourir plus de 3000 kilomètres.

« Son arrivée ici reste un mystère pour la communauté naturaliste » explique Manon Tissidre, directrice du centre de soins de la LPO à Audenge (33) qui a recueilli l’animal et lui administre les premiers soins. Un mystère d’autant plus grand que ce phoque très jeune est âgé d’à peine un mois et demi alors que la mise bas de cette espèce ne commence pas avant mars. S’il devrait être encore blanchon, il a cependant perdu son pelage blanc et ne pèse que 9 kilos quand ses congénères pèsent le double à son âge.

Manon Tissidre avance deux pistes : « L’une des hypothèses serait celle d’une mise bas précoce, hors de l’aire de répartition habituelle de l’espèce. Ou bien ce jeune s’est peut-être perdu en raison d’une météo marine défavorable au large, et les courants l’ont emportés très loin de chez lui. »


Avant de rejoindre la banquise, il doit être soigné et doit surtout reprendre des forces : « Les phoques annelés se nourrissent en grande partie de krill, crevettes et autres décapodes. Ainsi, nous administrons des soupes liquides de krill, spiruline, poissons, crevettes et réhydratant, quatre fois par jour, par sonde gastrique. Le jeune phoque présentant de multiples plaies ainsi qu’une infection pulmonaire, il a été mis sous traitement. » Mais le centre de soins se veut rassurant : le phoque est en bonne voie. Il sera bientôt transféré au Centre Océanopolis de Brest. Les soigneurs pourront le placer sur une banquise artificielle pour éviter une hyperthermie pour cet animal habitué aux températures très basses.

Une fois qu’il sera entièrement rétabli, il sera bagué pour suivre son évolution et relâché depuis les côtes bretonnes d’où il pourra rejoindre sa banquise natale. Un autre long trajet l’attend.


Une tortue marine Caouanne s’échoue aussi sur le bassin d’Arcachon


Après le phoque annelé de la Banquise, c’est une tortue Caouanne qui a été recueillie dimanche 25 mars 2018. En difficulté sur une plage d’Arcachon, elle n’arrivait pas à repartir en mer, s’échouant sur la plage à chaque nouvelle tentative. Manon Tissidre, directrice du centre de soins LPO à Audenge explique : « Il s’agit d’une jeune Caouanne, d’environ 2 à 3 ans. Elle présente d’anciennes plaies aux membres. Comme elle était très faible et en hypothermie, elle s’est faite parasiter par des décapodes (crustacés). Nous avons même enlevé un crabe entre ses pattes arrières. Nous l’avons donc réhydraté en sous-cutanée avec une solution à 22°C et mise dans un bain d’eau tiède pour la réchauffer. Tant qu’elle est en hypothermie (moins de 13°C), il est impossible de la nourrir. »

Les tortues Caouanne sont des habituées de nos eaux mais les jeunes ne sont pas assez expérimentées et manquent de force pour s’aventurer sur les côtes en ce moment. Les eaux froides hivernales les affaiblissent d’autant plus et elles risquent de s’échouer après n’avoir pas pu se nourrir suffisamment, comme cette jeune tortue.

Pour l’instant, elle demeure au centre de soins avant de rejoindre l’aquarium de La Rochelle qui est le seul centre français de soins pour tortues marines.

 

 

Crédit photos : LPO Aquitaine

Alexandre Marsat