Diabète : une start-up girondine lance une appli innovante pour se soigner

Créée en Gironde par la société MirambeauAppCare, l’application DiabiLive va grandement améliorer le quotidien des personnes diabétiques voire leur sauver la vie. Récompensée au concours Lépine 2016 et prix de l’innovation au Consumer Electronics Show (CES) 2018 à Las Vegas, elle sera commercialisée début 2019.

 

En France, 3,5 millions de personnes sont atteintes de diabète, soit 5 % de la population. Parmi elles, 10 à 15 % sont diabétiques insulinodépendants de type 1 et doivent s’injecter des doses précises d’insuline. Pour leur faciliter la vie, Benoît Mirambeau, directeur de supermarché (après une licence de biologie), a créé l’application DiabiLive.

L’idée a germé dans son esprit après qu’il a été le témoin, en août 2015, d’une hypoglocémie sévère de sa mère diabétique insulinodépendante depuis 30 ans. « Je lui ai demandé son protocole médical et je me suis aperçu qu’elle se trompait dans les doses d’insuline à s’injecter, se souvient-il. Il faut dire que c’est très compliqué à comprendre. J’ai voulu lui installer une « appli », il n’en existait pas. Je lui ai alors conçu un calculateur de dose. Cela lui a changé la vie », raconte ce passionné d’informatique.

Le quinquagénaire a peaufiné son outil pour mettre au point DiabiLive, qui prend le patient diabétique dans sa globalité d’être humain : l’appli délivre le taux exact d’insuline à s’injecter en fonction de son activité physique, de ses repas, de son taux de glycémie, de sa prescription médicale…

Pour ce faire, le Girondin a fondé en juillet 2017, avec Nicolas Babin, professionnel du marketing, la start-up MirambeauAppCare. Basée au sein de la Technopole de Martillac (33), la jeune pousse compte pour l’heure 3 salariés (sans compter son fondateur), en plus d’un conseil scientifique formés de professeurs, médecins et pharmaciens.

Une appli communautaire qui pourra prévenir les secours

C'est après avoir assisté à une hypoglycémie sévère de sa mère diabétique que Benoît Mirambeau a imaginé l'appli DiabiLive qui fournit, entre autres, la dose exacte d'insuline à s'injecter.

C’est après avoir assisté à une hypoglycémie sévère de sa mère diabétique que Benoît Mirambeau a imaginé l’appli DiabiLive qui fournit, entre autres, la dose exacte d’insuline à s’injecter.

Récompensée au Concours Lépine en 2016 et au CES de Las Vegas en 2018, l’appli fonctionne sur Smartphone, tablette et PC. En plus de fournir les quantités d’hormone à s’administrer, elle permettra d’envoyer des SMS ou mails aux personnes (le patient, ses proches et son médecin par exemple) quand le malade est en hypo ou hyperglycémie, quand il n’applique pas le protocole de calcul ou qu’il clique sur le bouton SOS ou le bracelet d’alerte prévus.

A terme, le patient pourra aussi être doté d’un QR Code sur une carte ou un bracelet afin de faciliter et améliorer sa prise en charge par les urgences si besoin.

En parallèle, l’appli proposera de rejoindre une communauté avec trois statuts possibles : patient, aidant et aidant prescripteur. Le patient pourra créer son propre réseau privé et inviter autant d’aidants et de superviseurs (diabétologues, médecins ou pharmaciens) qu’il le souhaite.

Les aidants pourront prendre le relais du patient si ce dernier ne peut ou ne veut plus se prendre en charge. L’ensemble de cette communauté aura également accès à un tchat et à des articles professionnels sur la maladie, la diététique et l’activité physique.

En outre, une page « santé » pourra s’enrichir de données issues de dispositifs médicaux connectés : glucomètre, tensiomètre, balance, bracelet d’activité… Et un pilulier rappellera les prises de médicaments aux heures et jours prévus et permettra donc un meilleur suivi du traitement.

Bientôt disponible sur 4 continents

Pour son appli, la société girondine a signé, début janvier 2018, un accord avec l’Américain iHealth, pionnier mondial des objets de santé connectée pour les professionnels et le grand public et présent partout dans le monde.

Cela ouvre à la start-up martillacaise d’autres horizons que le seul marché français. Elle attend son marquage « CE » (Conformité européenne) pour cette fin d’année. Et souhaite proposer l’appli aux chercheurs et médecins qui travaillent sur le diabète afin que ceux-ci utilisent les « bigs datas » qu’ils produisent avec l’appli pour calculer des statistiques, progresser dans la recherche…

Cinq études cliniques sur DiabiLive vont débuter en 2019 et MirambeauAppCare souhaite être présent sur quatre continents en 2020 : Europe, Afrique du Nord, Amérique du Nord, Asie (Japon)… Afin d’aider une partie des 422 millions de personnes diabétiques dans le monde (650 millions prévus pour 2050).

Quant à la mère de Benoît Mirambeau, elle revit : « elle est moins stressée, mon père aussi. Elle a divisé par 4 ses hypoglycémies et hyperglycémies. Son hémoglobine glyquée (ndlr : dont la valeur biologique permet de déterminer la concentration de glucose dans le sang, la glycémie, sur trois mois) est descendue à 6,3 alors qu’avant elle ne passait jamais sous 7 (et qu’une valeur comprise entre 6 et 7 est recommandée). C’est une vraie victoire ! », s’enthousiasme l’entrepreneur.

Florence Heimburger