Trois éco-gestes pour réduire ses déchets plastiques… dans sa cuisine

Et si l’on commençait par adopter trois éco-gestes pour réduire le volume des emballages plastiques dans la poubelle de notre cuisine ?

Trop, c’est trop ! Nos poubelles débordent de… plastiques. Et celle de notre cuisine ne fait pas exception. En cause, notre appétit grandissant pour les produits transformés et suremballés qu’il est possible de… modérer.

« 80 % des emballages jetés par les ménages sont des emballages alimentaires »,  Sylvain Pasquier, coordinateur du secteur des emballages, au sein de la Direction économie circulaire et déchets de l’Ademe.

J’achète les produits en vrac ou à la coupe

Plutôt que d’acheter les céréales du petit déjeuner conditionnées en sachet plastique (et placées la plupart du temps à l’intérieur d’un carton), il est désormais possible d’opter pour des céréales en vrac proposées par de nombreuses enseignes de supermarchés ou magasins spécialisés. Il en va de même pour le riz, les pâtes, le café en grain, les fruits secs, etc. que l’on transvasera ensuite chez soi dans un bocal en verre ou tout autre contenant de son choix. Faire une partie de ses achats au marché, auprès de producteurs locaux ou chez des artisans (bouchers, boulangers, fromagers, poissonniers), permet aussi de limiter les suremballages plastiques « et de n’acheter que ce dont j’ai besoin, quand j’en ai besoin, ce qui change notre rapport à la consommation », souligne Sylvain Pasquier, coordinateur du secteur des emballages, au sein de la Direction économie circulaire et déchets de l’Ademe.

Sans compter que cela peut aussi permettre de retrouver une convivialité perdue, tout en préservant l’existence de commerces de proximité. Autant de bonnes raisons d’adopter cet éco-geste !

 

Limiter emballages et suremballages

Même dans les rayons de supermarchés, il est possible de limiter le suremballage plastique en choisissant par exemple des yaourts conditionnés dans des pots de verre (recyclables) plutôt que dans des pots en plastique (jetables). On évitera aussi les produits suremballés, comme le paquet de thé emmailloté dans un film plastique. Et l’on bannira tout emballage inutile. Au rayon des fruits et légumes, « Il suffit de coller le prix de mon régime de banane sur l’une d’entre elles plutôt que de les placer dans un sac plastique qui ne servira qu’une fois », suggère Sylvain Pasquier.

Une grande bouteille de 3 litres de jus d’orange valant mieux que trois bouteilles d’un litre privilégiez les grands contenants pour les achats de consommation courante ou non périssables et évitez les petits conditionnements ou les dosettes individuelles.

Crédit Photo Fondation pour la Nature et l'Homme

Refuser les produits à usage unique ou le « tout jetable » fait partie des éco-gestes dont la portée est significative. Crédit Photo Fondation pour la nature et l’homme

Je retrouve le plaisir du fait maison

Ouvrir un paquet de madeleines bio, et découvrir que chaque pâtisserie est soigneusement emballée dans un plastique vous énerve ? Reportez vous sur une autre marque ou… faites-vous même madeleines et autres gâteaux ou barres de céréales en y associant vos enfants (ou conjoint-e et grands-parents).

Tout le monde y trouvera son compte : la planète, votre porte-monnaie et votre santé (moins de produits transformés = moins de gras/salé/sucré; et je maîtrise la composition de mon plat). La liste des gestes faciles à mettre en place n’est évidemment pas exhaustive… « L’important c’est de se poser des questions sur sa façon de consommer et de se mettre en mouvement », souligne Sylvain Pasquier. Et il n’est pas exclu « d’y trouver, en chemin, un certain plaisir »…

 

Alexandrine Civard-Racinais


Pour s’informer :

  • Découvrez tous les conseils de l’Ademe pour diminuer le tour de taille de nos poubelles.