Faut-il s’arracher les cheveux blancs ?

Tremblez pauvres mortels ! Le cheveu blanc se glisse dans les chevelures les plus sombres pour symboliser le premier pas vers la tombe. C’est l’esprit général de celui qui découvre son premier cheveu blanc. Faut-il le laisser tranquille comme si de rien n’était ou se venger en l’arrachant rageusement ?

Et voilà, vous l’avez arraché pour aller à ce rencard : vous n’alliez quand même pas vous pointer avec un cheveu blanc, c’est trop la honte. Et puis soudain, l’angoisse : quand on arrache un cheveu blanc, il en pousse.. deux ? sept ? dix ?

Quand même, être atteint de canitie à 30 ans ! Hé oui, la canitie, le nom officiel du blanchiment des cheveux. Allez, flippez pas trop. Mais un peu : quand on arrache un cheveu blanc, il en repousse… un, au moins. C’est le même d’ailleurs, issu de la même follicule qui ne fera jamais plus repousser un cheveu de couleur.

Il reste blanc et, pour se protéger d’un éventuel nouvel arrachage, il repousse plus épais et plus raide ce qui fait qu’on le voit encore mieux.

Mais ce qui est certain, c’est que lorsqu’un premier cheveu blanc arrive, il en annonce d’autres, qu’on l’enlève ou pas, ça ne change rien. Ce n’est pas pour autant que vous allez vous retrouver poivre et sel dans les six mois. Ce peut être rapide, certes, mais aussi très lent : un premier cheveu blanc à 30 ans, ça peut être une crinière blanche pas avant 60 ans. Certains vivent avec une unique mèche blanche pendant plus de trois décennies.

Génétique, tabac et autres…

Ce qui est certain, c’est que la génétique a son mot à dire. Si vos parents ou grands-parents ont blanchi tôt… commencez à stocker les boîtes de coloration. Mais il n’y a pas que ça. Le tabac est un accélérateur de vieillissement des cellules et ça vaut aussi pour la mélanine. C’est elle qui colore les cheveux et si on n’en fabrique plus, les cheveux blanchissent. Le tabac peut lui faire prendre de l’avance sur son épuisement.

Mais cette thèse de la mélanine est contestée. Pour certains scientifiques, c’est le peroxyde d’oxygène (on l’appelle familièrement l’eau oxygénée) qui est responsable : on en fabrique naturellement toute notre vie mais elle est décomposée par une enzyme. Avec l’âge ou dans certaines conditions, on cesse de la fabriquer et l’eau oxygénée n’est plus du tout détruite. Elle décolore alors les cheveux.

Couper la tête ou les cheveux

Ce mécanisme pourrait aussi être à l’œuvre avec le stress : tout le monde connaît l’anecdote (sans doute fausse) de Marie-Antoinette dont la chevelure aurait blanchi en une nuit la veille de son exécution (ce qui permet quand même de relativiser l’importance d’une chevelure blanche par rapport à d’autres événements…). Donc si vous avez un cheveu blanc… faite ce que vous voulez.

Une étude américaine sur des rats a montré qu’en arrachant une partie de leurs poils, leurs follicules émettaient un signal de détresse qui accroissait la repousse d’autres poils dans la même zone. Vous voulez tenter l’expérience sur vous ?

Jean-Luc Eluard