5 idées reçues sur le sommeil

Est-il obligatoire de dormir 8 heures d’affilée pour être en forme ? Le café est-il vraiment l’ennemi du sommeil ? Pour démêler le vrai du faux nous avons demandé à un spécialiste du sommeil de passer au crible 5 idées reçues.

« Un café ? A cette heure ? Non merci, ça va m’empêcher de dormir… »  et d’attraper le soir venu le bon « train du sommeil ». Mais quelle est la part de vérité scientifique et d’idées rebattues au… café du commerce. Pour le savoir, nous avons soumis les cinq principales idées reçues sur le sommeil au docteur Christophe Sureau, spécialiste des troubles du sommeil et « somnologue » à Cartelègue en Gironde.

1. Pour être en forme, il faut au moins 8 heures de sommeil

VRAI et FAUX. « Une grande partie de la population adulte a physiologiquement besoin de dormir 7h30 à 8 heures par nuit », mais la quantité nécessaire et la qualité de sommeil varient grandement d’une personne à l’autre. Les « petits dormeurs » se contentent ainsi de moins de 7h par nuit « et s’en portent très bien ».

 

2. J’ai raté le « train du sommeil », il faudra attendre le prochain…

VRAI. Notre corps est soumis à un rythme « circadien », « réglé sur une période de 24 heures environ par notre horloge biologique. Celle-ci fait alterner des moments de veille et de somnolence ». Le passage du « train du sommeil » correspond à un moment de somnolence qui revient toutes les 1h30/2h. « Si on loupe le train de 21h, il repassera vers 22h30/23h », heure où l’on est souvent davantage à l’écoute de son corps et disposé à tomber dans les bras de Morphée.

 

3. Faire une longue sieste permet de réparer une mauvaise nuit

FAUX. Contrairement à ce que l’on croit, faire une sieste d’1h30 dans la journée risque de compromettre l’endormissement le soir venu. Notre corps a en effet besoin d’une certaine quantité de sommeil en continu sur une période de 24 heures. « Si l’on a mal dormi la nuit précédente, notamment dans la nuit du dimanche au lundi, car on s’est levé plus tard le dimanche matin et logiquement endormi plus tard en soirée,  tout rentrera dans l’ordre le lendemain. Le sommeil lent sera plus profond la nuit suivante ».  En revanche « une  mini sieste de 20 à 30 minutes maximum, en début d’après-midi ne perturbera pas trop la nuit d’après. »

 

4. Faire du sport aide à mieux dormir

VRAI et FAUX. « La pratique d’un sport d’endurance de moyenne intensité, comme la marche, le vélo, la natation, le skate, ou encore le roller est bénéfique pour le corps, donc pour le sommeil », surtout si la séance est matinale. Il sera parfois plus difficile de trouver le sommeil après une partie de badminton disputée en fin de soirée, « en raison d’une augmentation de la température corporelle », mais il suffit de prendre une douche fraîche et de décaler l’heure du coucher en conséquence.

 

5. Trop de café empêche de s’endormir

VRAI. « La caféine contenue dans le café (ou la théophylline du thé) exerce une action perturbatrice sur l’adénosine, une des molécules dont la concentration dans le cerveau influence la venue du sommeil ». Il est donc déconseillé de boire du café ou du thé après 16 heures, lorsque l’on a des difficultés d’endormissement. Quant à l’alcool, s’il « facilite l’endormissement et les premières heures du sommeil, il détruit le sommeil dans un second temps » et doit donc être consommé, une fois de plus, avec modération…

Alexandrine Civard-Racinais

 

Le sommeil se compose du sommeil paradoxal, de la transition éveil-sommeil (stade1), du sommeil lent léger (stade2) et du sommeil lent profond (stade3). Au fur et à mesure de la nuit, le sommeil lent profond diminue au profit du sommeil lent léger.
© Inserm/Pinci, Alexandra

Pour en savoir plus sur le sommeil, consultez le dossier mis en ligne par l’Inserm.

 

Photo by Gabriela Mendes from Pexels