Vacances : l’avion est-il vraiment le mode de transport le plus polluant ?

Vous préparez vos vacances et vous vous interrogez sur le mode de transport le moins polluant. Pour savoir si l’avion pollue davantage que la voiture, le calcul devra tenir compte du type de trajet, du nombre de passagers et de la distance à parcourir. Décryptage.

Les émissions de dioxyde de carbone d’un véhicule sont calculées en fonction de sa consommation de carburant au kilomètre, multipliée par un facteur d’émission lié au type de carburant. On ajoute ensuite les émissions générées pendant la fabrication de l’engin puis on divise par la distance parcourue pour obtenir un résultat en gramme de CO2 par passager et par kilomètre. Si les maths ne sont pas votre tasse de thé, l’Agence Européenne de l’Environnement a fait ses calculs des émissions de CO2 en Europe qui s’élèvent à :
– 14 g de CO2/passager/km pour le train
– 42 g pour une voiture citadine
– 55 g pour une voiture moyenne
– 68 g pour un autocar
– 72 g pour une moto
– 285 g pour un avion

Vu comme ça, l’avion se classe bon dernier et le train remporte la palme du transport le plus vertueux. C’est là que le nombre de passagers à bord change la donne. Dans cette étude, quatre personnes sont supposées avoir pris place dans la voiture. Dans la pratique, seules 2,2 personnes sont présentes sur un trajet long. Pour les 285 g de CO2/passager/km de l’avion, l’étude table sur une hypothèse de 88 personnes.

Hypothèse basse car, d’après les données Air France, le taux moyen de remplissage atteint 85,7% pour un avion moyen et long courrier dont la capacité est de 131 passagers, soit 111 passagers en réalité. Il est donc facile de faire parler les chiffres différemment suivant les critères retenus. Cependant, les destinations lointaines n’offrent souvent pas d’autres alternatives que de prendre l’avion pour arriver rapidement.

Des résultats variables selon le nombre de passagers

L’Ademe propose une comparaison sur un trajet de 500 km en tenant compte du nombre de passagers. Dans ce cas, l’avion dégage entre 145 et 241 g de CO2 par passager selon son gabarit et l’automobile 170,6 g de CO2 pour une voiture moyenne. Pour diminuer nos émissions, il est recommandé de ne pas voyager seul et d’opter pour le covoiturage.

Quant au TGV, il arrive en tête avec 3,2 g de CO2 contre 11,8 g pour un train grande ligne. L’autocar reste un bon compromis pour les vacances avec 58,5 g de CO2 émis par passager avec des tarifs très abordables.

Enfin, en voyageant à vélo, vous ne polluerez pas mais il faudra plusieurs jours pour rallier l’arrivée. Alors prêts à boucler les valises ?

Corinne Mérigaud