Les hommes ont-ils leurs règles ?

Comme les femmes, les hommes ont un cycle hormonal et peuvent, eux aussi, avoir leurs humeurs… plusieurs fois en 24 heures. Leur forme peut être olympique au saut du lit quand ce sera le calme plat au coucher.

Le métabolisme masculin est rythmé par un cycle hormonal de 24 heures dit cycle nycthéméral (jour-nuit) qui débute, de bon matin, par une érection dans la tranche horaire 6 h-10 h. Mesdemoiselles, mesdames, pas d’inquiétude, tout est absolument normal. A l’inverse, un organe en berne doit vous alerter sur la libido ou la santé de votre compagnon. Explication de ce phénomène, la production de testostérones grimpe en flèche au réveil. C’est le moment idéal pour passer à l’action car, au fil des heures, la chose se gâte, le pic dégringole en flèche pour atteindre l’encéphalogramme plat la nuit tombée.

D’où vient ce pic matinal ? Pour certains scientifiques, nos ancêtres préhistoriques en sont quelque peu responsables. Dès le réveil, il partaient chasser pour ramener le repas de midi. En réalité, la testostérone n’agit pas uniquement sur la libido, elle influe sur la masse musculaire, la mémoire et la concentration, indispensables pour capturer un mammouth !

Le printemps et l’été dopent la testostérone

Dans son livre « Côté cœur, côté sexe, l’art du bonheur à deux » paru aux éditions Albin Michel, le docteur Sylvain Mimoun, directeur du Centre d’andrologie de l’Hôpital Cochin, atteste que «  l’homme a bien un cycle hormonal, mais nettement moins cyclique que celui d’une femme. Au fil de l’année, on s’aperçoit qu’il y a des moments où un homme a plus d’hormones et d’autres moins. »

Si le cycle se répète chaque jour, il variera au gré des saisons, le printemps et l’été étant plus propices « car la lumière du soleil joue sur la rétine qui, elle-même, va jouer sur le système limbique. Et ce système va agir sur l’hypothalamus, le « chef d’orchestre » du corps humain, donc de l’organe sexuel. » Dont acte ! C’est le cas de le dire…

Ces fluctuations quotidiennes et saisonnières de testostérone ne sont pas sans conséquences sur l’humeur de la gent masculine. Le matin, les hommes seront énergiques, concentrés, sûrs de leur virilité mais parfois impulsifs voire agressifs, susceptibles et bavards.

L’après-midi, le pic de testostérone entame sa descente, ils se sentent alors plus apaisés, plus doux. Bref, peut-être plus enclins à un romantique 5 à 7… Le soir venu, c’est la chute libre, ils sont alors plus ou moins énergiques, voire carrément passifs. Le passage à l’acte sera parfois impossible après une journée exténuante, sans temps mort pour recharger les batteries avant de se coucher.

Choisissez bien la bonne heure !

Corinne Mérigaud

Photo by bruce mars from Pexels