À quoi sert l’hypnose thérapeutique ?

Vous remuez un pendule dans une main tandis que l’autre est ouverte comme celle d’un magicien. Et, après quelques phrases, votre interlocuteur tombe dans le sommeil, vous obéissant au doigt et à l’œil.

L’image est bien connue des spectacles télévisés et des shows des années 90. Une hypnose de cirque ! disent les médecins, qui font tout pour distinguer cette hypnose de l’hypnose thérapeutique. Car cette dernière fait une entrée fracassante dans de nombreux domaines médicaux.

L’une des plus étonnantes est l’hypnose remplaçant une sédation légère. Au lieu d’anesthésier le patient avec une substance, l’anesthésiste va l’« endormir » mentalement. Une voix douce berce alors la personne et évoque des images réconfortantes qui vont l’emmener dans un autre imaginaire. Conscient, le patient opéré entend tout ce qui se passe autour de lui, sans douleur. L’hypnothérapeute amène la personne à se focaliser sur un point précis.

Des médecins utilisent aussi l’hypnose pour traiter des phobies ou des problèmes fortement liés à notre psychisme. Ainsi, elle s’est rapidement répandue avec succès ces dernières années pour aider à arrêter le tabac, aider le patient à résoudre des troubles alimentaires, de sommeil ou de stress… De plus en plus de sexologues sont aussi adeptes de l’hypnose pour des troubles où la psychologie peut jouer un rôle primordial comme le manque de désir ou des problèmes d’érection et d’éjaculation.

Tous agissent alors par suggestion pour cibler un problème particulier. C’est flagrant dans le cas de l’arrêt du tabac : le praticien va amener le fumeur à ressentir un profond dégoût pour la cigarette qui permettra de s’éloigner du paquet. Il peut procéder aussi par métaphore, pour permettre de contourner ou oublier une phobie, voire un mauvais souvenir.

La plupart des médecins optent pour l’hypnose dite ericksonienne, du nom du docteur Erickson. Paralysé, ce docteur américain pratique l’autohypnose pour sentir et stimuler mentalement ses membres. Cette pratique l’a aidé à en retrouver l’usage. Il révolutionnera alors l’hypnose clinique. L’autohypnose séduit d’ailleurs de plus en plus de personnes qui veulent notamment calmer leur angoisse, leur stress ou retrouver de la sérénité.

Alexandre Marsat