Jumeaux, tous issus du même œuf ?

Sortis du même utérus en même temps, les jumeaux se suivent… mais ne se ressemblent pas forcément. Et pour cause : s’ils sont issus, non pas d’un seul œuf, mais de deux, vous ne leur trouverez qu’un vague air de famille !

Dis, maman, comment on fait les jumeaux ? À croire que certains ont trouvé la recette car depuis les années 70, la fréquence des grossesses gémellaires n’a cessé d’augmenter. Eh, oui, 61 % seraient dues à l’assistance médicale à la procréation (PMA). Curieux vous dit tout sur leur conception.

Faux jumeaux : appelez-nous dizygotes

Pendant l’ovulation, un des deux ovaires éjecte un ovule mature. À mi-parcours de la trompe, ce dernier rencontre le spermatozoïde sorti grand vainqueur du marathon. De cette fécondation naît un œuf qui sera « couvé » 9 mois.  Plus rarement, ou sous stimulation hormonale, ce sont les deux ovaires qui libèrent en même temps leur ovule. Or, comme chaque cellule reproductrice du père (spermatozoïde) ou de la mère (ovule) est le fruit d’une distribution au hasard des caractères transmissibles (ex : gène du groupe sanguin), les deux jumeaux héritent chacun d’une combinaison unique, comme dans les fratries normales.

Les vrais de vrais jumeaux

Dans le cas des « frères du même œuf » appelés aussi monozygotes, un seul ovule est fécondé. C’est au cours des 15 jours qui suivent que survient une division « accidentelle ». Puis, comme si de rien était, les deux moitiés reprennent le cours normal de leur développement. Nous voilà donc avec deux individus qui possèdent exactement le même jeu de cartes « génétique ». Il arrive que les deux frères ou les deux sœurs partagent même un peu plus : la poche et/ou le placenta, en fonction du moment où l’œuf s’est scindé.

Les différentes étapes menant à la conception des vrais et des faux jumeaux. Crédit : Jumeauxandco

Différencier les monozygotes, un défi ?

Imaginez que Dupont se soit fait passer pour Dupond pour voler la Caisse des Dépôts. Comment reconnaîtriez-vous le jumeau maléfique ?  Oubliez les témoins visuels et les empreintes génétiques, vous perdez votre temps. En revanche, vous le coincerez avec ses empreintes digitales. Celles-ci se forment à partir de la 10e semaine de vie du fœtus. Les circonvolutions des crêtes qui leur donnent leur dessin caractéristique dépendent, non d’un gène mais de facteurs environnementaux comme la pression du liquide amniotique sur les doigts. Ça y est, vous le tenez !

Sophie Nicaud

 

Personnes photo créé par freepik – fr.freepik.com