Poisson-pénis, exosquelette pour repousser la retraite, … L’actu en bref

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus croustillantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

 

1-Des poissons-pénis échouent par milliers sur les côtes californiennes

View this post on Instagram

SHOOK 😳 Thousands of these marine worms—called fat innkeeper worms, or “penis fish”—were found on Drake’s Beach last week! These phallic organisms are quite common along the West coast of North America, but they spend their whole lives in U-shaped burrows under the sand, so few beachgoers are aware of their existence. ⛈🌊 A recent storm in Northern California brought strong waves that washed away several feet of sand from the intertidal zone, leaving all these fat innkeeper worms exposed on the surface. 🏖 Next time you go to the beach, just think about the hundreds of 10-inch, pink sausages wiggling around just a few feet under the sand. 🙃 . . Get the full story in our new #AsktheNaturalist with @california_natural_history via link in bio! (📸: Beach photo courtesy David Ford; Worm photo by Kate Montana via iNaturalist)

A post shared by Bay Nature Magazine (@baynaturemagazine) on

Non, ce n’est ni un poisson d’avril au mois de décembre ni un retour de la série Californication avec David Duchovny. Il s’agit d’un sujet qui animera certainement les repas de familles des biologistes : des milliers de poissons se sont échoués sur les plages californiennes les rendant impraticables. Ces Urechis caupo d’une forme ne laissant aucun doute sont appelés poisson-pénis par le commun des mortels. L’espèce est en fait un ver marin âgé de plus de 300 millions d’années. Un peu de respect… Ils sont sortis du sable à cause des tempêtes.
Pauvres européens que nous sommes, nous ne les connaissons pas alors que les Asiatiques les dévorent frits, en raviolis ou en sashimis. Bon appétit.

A voir sur CNN.

 

 

2- L’unique perroquet américain victime des humains

Au moment où Trump disait à la jeune militante écologiste Greta Thumberg, furieux de la voir nommée « personnalité de l’année » par Time  d’« apprendre à gérer sa colère et puis d’aller voir un bon vieux film avec un(e) ami(e)! », nous apprenions avec Géo que le « le seul perroquet natif des Etats-Unis aurait disparu à cause de l’homme ». Comme pour le réchauffement climatique ou la chute de la biodiversité, c’est l’activité humaine qui est pointée du doigt et notamment la déforestation. Sciences et Avenir appuie : « ces oiseaux étaient aussi chassés pour leurs plumes qui servaient à décorer les chapeaux. Le dernier spécimen est mort au zoo de Cincinnati (Etats-Unis) en 1918. Il se serait laissé mourir après la disparition de la toute dernière femelle avec qui il a partagé la même cage durant 32 ans. » Il y a des Roméo et Juliette qu’on ne souhaiterait pas voir.

 

3- Des exosquelettes pour travailler après 65 ans

En plein débat sur la réforme des retraite le site Trust my Science a décidé de met un coup de projecteur sur le Japon. On savait le pays enclin au travail sans compter ses heures mais une étape supplémentaire est franchie : l’exosquelette. Il permet au plus de 65 ans qui représentent bientôt 1/3 de la population de continuer à travailler. Ce sont des sociétés « innovantes » qui ont créé ce type d’exosquelettes car « nous n’avons pas le choix – les personnes âgées doivent pouvoir conserver leur travail » selon Daigo Orihara, créateur pour Innophys d’un exosquelette Every muscle suit, cité par Trust my Science. On n’arrête pas le progrès…

 

Alexandre Marsat

 

Image par Lin Animalart de Pixabay