Ce week-end, comptons les oiseaux pour les protéger

Avis aux amoureux des oiseaux : l’opération « Grand comptage national des oiseaux des jardins » a lieu ce samedi 25 et dimanche 26 janvier 2020. L’objectif ? Sensibiliser à la protection des oiseaux et contribuer à de la science participative

Vous aimez passer l’hiver à observer les oiseaux, alors maintenant comptez-les !  C’est ce que vous proposent le Muséum national d’histoire naturelle et la LPO. L’opération nommée « Grand comptage national des oiseaux des jardins » se déroulera ce week-end des 25 et 26 janvier 2020.
Ce n’est pas un concours mais une action de science participative qui permet d’évaluer l’évolution de population des différentes espèces présentes en France.

Durant une heure, vous pouvez noter tous les oiseaux que vous voyez dans votre jardin ou un parc avant de les transmettre sur le site www.oiseauxdesjardins.fr. Pour cela, la LPO, partenaire de l’opération, met à disposition une fiche (téléchargeable ici).

Ces observations réalisées par les habitants depuis 2013 sont collectées par l’Observatoire des oiseaux. Organisé depuis 7 ans, ce comptage a déjà porté ses fruits : la thèse de Pauline Pierret a démontré que « devant l’absence de ressources alimentaires dans les zones d’agricultures intensives durant l’hiver, les oiseaux viendraient chercher une nourriture de substitution dans les jardins. »

Vous êtes partant pour le comptage ? Curieux vous propose une petite révision :

1-La grive musicienne

grive musicienne

© Alexandre Marsat

La grive musicienne est la princesse du jardin. Un peu plus grosse qu’un merle, elle a le ventre et la poitrine mouchetés. Mais pas de n’importe quelle manière… pour se différencier de ses cousines grives, elle arbore ses taches brunes en triangles, pointes vers le haut. Elle préfère les haies et bois de la campagne mais il n’est pas rare de l’observer en ville.

2-Le grimpereau des bois

grimpereau

© Alexandre Marsat

Le grimpereau des bois fait partie de ces oiseaux acrobates qui défient les lois de la gravité en s’accrochant. Cette espèce est profilée (voir photo) pour mener une vie en grimpant le long des troncs où il débusque des insectes et araignées. Il se distingue de son cousin grimpereau des jardins par la blancheur de son ventre.

3-L’accenteur mouchet

accenteur mouchet

© Alexandre Marsat

L’accenteur mouchet peut être confondu avec le moineau friquet au premier regard. Il est plus rond et son plumage est gris-bleu sur le dessous, et les pattes orangé. Farouche, vous pourrez l’observer avec patience ou… si vous avez de la nourriture à lui offrir cet hiver.

4-Le pinson des bois

pinson

© Alexandre Marsat

Le pinson des arbres est bien plus fréquent qu’on ne peut l’imaginer. Il fréquente les jardins, parcs, forêts et la campagne où il vole en petit groupe. Ce « passereau à bec conique » est équipé pour briser les graines.

5- Le chardonneret élégant

chardonneret

© Alexandre Marsat

Le chardonneret élégant n’a pas volé son nom. Il sort sa tenue du dimanche tous les jours : des ailes striées de blanc et noir intense mettent en valeur le jaune profond. Et le pourtour des yeux est d’un rouge sang inimitable. Il est réputé pour apprécier les… chardons et ses graines. La parade nuptiale, ailes déployées, est une merveille.

 

Textes et photos : Alexandre Marsat