Et si on plantait des haies pour aider les abeilles à butiner ?

Donner un coup de pouce aux abeilles pour se nourrir, tel est l’enjeu de l’action menée par des agriculteurs membres de Cendrecor Agro Écologie. Un groupement d’intérêt économique et environnemental qui œuvre en Haute-Vienne et Charente en plantant des haies pour les pollinisateurs

Nos anciens avaient finalement raison, planter des haies, c’est bon pour la planète mais aussi pour la biodiversité. Mais durant des années, les éleveurs se sont acharnés à faire disparaître les haies qui séparaient leurs prairies. Plus facile pour labourer disaient-ils…

Aujourd’hui, certains font machine arrière en replantant des haies pour au moins deux raisons : la production de miel apporte un complément de revenus aux agriculteurs et les haies participent à la biodiversité.
La première plantation par le groupement d’intérêt économique et environnemental Cendrecor Agro Écologie date d’un an à Saulgond en Charente limousine, sur un terrain communal de 2 ha mis à disposition par le groupement. Cent soixante dix mètres de haies agro-apicoles de 3 mètres de haut ont été plantées en bordure de parcelles agricoles.

Ces haies permettront d’équilibrer le calendrier de floraison et de renforcer la ressource en nourriture des abeilles et autres insectes pollinisateurs. « L’idée est de compléter les floraisons du système cultural des exploitations à savoir colza, légumineuses des prairies, intercultures, couverts de phacélie, moutarde… avec des haies spécifiques et mellifères », explique Yann Quémener, chargé de mission pour Cendrecor. « Ces haies vont fournir du nectar et du pollen aux abeilles en renforçant ainsi leurs ressources alimentaires. Ces plantations contribueront également aux autres fonctions traditionnelles de la haie, habitats, biodiversité, paysage… ».

Composées de dix-huit variétés différentes dont 80 % de buissons et d’arbustes, les haies vont fleurir à différentes périodes de l’année. « Les agriculteurs pourront facilement les entretenir grâce à leur hauteur de seulement trois mètres » précise le chargé de mission. L’appui technique de l’association néo-aquitaine Prom’Haies a permis la réalisation de ce projet.

Une miellerie coopérative créée

L’initiative s’est poursuivie sur les communes de Javerdat et Forgeix en Haute-Vienne avec 2 km plantés en début d’année et 700 mètres supplémentaires sont programmés cette année en Charente, à Brigueil et Chabrac et de nouveau à Saulgond. Huit exploitations agricoles regroupant une centaine de ruches sont ainsi concernées par cette opération.

En moyenne, chaque ruche produit seize kilos de miel, aucune mortalité d’abeilles n’a été constatée et une miellerie collective coopérative a même été créée.
Le groupement est composé d’une centaine d’agriculteurs qui cultivent 12.000 hectares en Charente, sur les cantons de Chabanais et Confolens, et en Haute-Vienne sur Saint-Junien et Rochechouart.

Depuis plusieurs années, Cendrecor a entrepris des actions pour valoriser ces terres agricoles en collectant les cendres de bois et les carbonates produits par l’usine papetière International Paper, implantée à Saillat-sur-Vienne, non loin de là.

L’objectif est d’amender les sols avec un fertilisant naturel, ce qui a permis d’enrichir ces terrains, de diversifier les cultures pour l’autonomie alimentaire des élevages et de favoriser, in fine, la plantation de haies.

Corinne Mérigaud

Image par Capri23auto de Pixabay