Piqûre, visqueux et froid… Trois idées fausses sur les serpents

Froids, visqueux, piqueurs ? Ces trois idées fausses sur les serpents ont la vie dure. Tentons de leur tordre le cou en parcourant le dernier ouvrage de Françoise Serre-Collet, herpétologue au Muséum national d’histoire naturelle de Paris

1. Les serpents sont froids ? Hummmm

Les reptiles ne sont ni froids, ni chauds. La température corporelle de ces animaux varie selon les conditions climatiques. Si les températures sont froides, leur corps sera froid. A l’inverse, si les températures sont chaudes, leur corps sera chaud. Les serpents font en effet partie des espèces « ectothermes » (du grec ektos, « dehors », et thermos, « chaleur »). Ces espèces utilisent une source extérieure de chaleur pour élever leur température interne. C’est la raison pour laquelle, aux beaux jours, il n’est pas rare de voir une couleuvre profiter des rayons du soleil pour réchauffer son corps avant de se mettre en chasse.

Les serpents sont visqueux ? Faux.

Poissons et serpents possèdent des écailles. Mais seuls les poissons sont pourvus de glandes cutanées avec lesquelles ils produisent le mucus qui les rend gluants. À l’inverse, la peau des serpents est toujours sèche et douce au toucher. Ce grâce à la kératine, une protéine résistante et imperméable également présente dans nos ongles et nos cheveux, et à l’absence de glandes sudoripares. La kératine assure aussi une protection contre l’usure des frottements contre les aspérités du sol.

Les serpents piquent ? Faux…

Pour « piquer », il faudrait que les serpents arborent un aiguillon à l’instar des scorpions, ou un dard comme en possèdent de nombreux insectes. Or ils ne possèdent ni l’un ni l’autre. En revanche, la quasi totalité des serpents sont pourvus de dents, avec lesquelles ils mordent ! Leur denture comprend des dents de contention servant à immobiliser leurs proies et/ou des crochets permettant à certains serpents d’inoculer leur venin au cours de cette morsure. Il existe cependant une exception : les serpents du genre Atractaspis ne mordent pas. Ces serpents fouisseurs africains possèdent deux crochets horizontaux, placés de chaque côté de la tête et capables de pivoter latéralement pour piquer un agresseur. C’est le seul cas dans lequel on parle de piqûre.

Alexandrine Civard-Racinais

50 idées fausses sur les serpents

Depuis des millénaires, les serpents inspirent et alimentent les légendes et les mythes les plus fous. Dans ce guide richement illustré, Françoise Serre-Collet s’emploie à démonter les 50 idées fausses les plus répandues sur ces reptiles mal aimés et encore largement méconnus. Il est temps de savoir qui sont vraiment ces serpents qui sifflent sur vos têtes.

Éditions Quæ, 144 pages, 23 €

 

Image par WikiImages de Pixabay

Article publié sous le contrôle et la responsabilité
éditoriale du directeur de la publication de Curieux !
Licence CC BY-NC-ND Cet article est sous licence CC BY-NC-ND : Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification