Dans les Landes, on recyclera les vêtements pour isoler les maisons

Transformer des textiles usagés collectés en Nouvelle-Aquitaine en isolant thermique et écologique de qualité. Tel est le pari que s’apprête à relever Ouateco, une PME familiale de 10 salariés basée dans les Landes. Une première en France.

« Tout a commencé par un SOS lancé il y a un an et demi par le Chef du village Emmaüs Lescar-Pau qui ne se résignait pas à détruire 2000 à 3000 tonnes de textiles non valorisables », raconte Thierry Toniutti. Des textiles invendus, troués ou dégradés désormais transformés en matière isolante, grâce à l’engagement du fondateur de Ouateco. Pour y parvenir, cette petite PME Landaise, engagée depuis 2010 dans une démarche d’économie circulaire et de promotion des circuits courts, va relever un triple défi.

Un pari économique

Il s’agit tout d’abord d’un pari économique, faute de débouchés en France pour ces textiles usagés. Thierry Toniutti s’est donc inspiré des expériences menées par d’autres pays, « dont l’Allemagne qui recycle 70 à 80 % des textiles usagés collectés, très loin devant la France qui n’en recycle que 50% ».
Que faire de ces textiles non valorisables ? Ouateco étant déjà passée maître dans l’art de transformer de vieux papiers en ouate de cellulose écologique, la transformation des vieux textiles en isolant pour la construction s’est imposée assez vite. « Nous avons demandé à nos clients s’ils étaient prêts à nous suivre si nous leur proposions un isolant thermique vendu au même prix que la laine de verre et au même poids, mais plus écologique et plus performant. Ils ont dit oui ». Le projet Fileco était lancé.

Un défi industriel et financier

Le défi est aussi industriel. « Le principal problème étant d’arriver à enlever tous les points durs et coupants, fermetures éclairs, boutons etc., afin de transformer ensuite ces vieux vêtements en fibres ». Les membres du village Emmaüs Lescar-Pau effectueront le premier tri, puis les textiles usagés sont acheminés chez Ouateco où ils seront transformés en fibres et conditionnés. Deux millions d’euros ont été investis dans du matériel innovant, notamment une ligne de défibrage et d’effilochage du tissu, dont l’installation a été retardée par les conséquences de la crise sanitaire. Le défi est donc également financier pour cette PME familiale de 10 salariés, accompagnée par la Région Aquitaine, le département des Landes et des partenaires privés.

Un enjeu environnemental de taille

Chaque année, en Nouvelle-Aquitaine, sur les 25 à 30 000 tonnes de textiles usagés collectés, 10 à 12 000 tonnes sont enfouis, brûlés ou non valorisés sur notre territoire. Un « non sens » pour le fondateur de Ouateco. Dès que la production  pourra officiellement commencer, une partie de cette manne se verra donc offrir une nouvelle vie sous forme d’isolant. À terme, les textiles usagés, base coton, utilisés comme matière première viendront non seulement d’Emmaüs Lescar-Pau, mais des associations et des industriels de la région. Thierry Toniutti espère que cette initiative « fera bouger les lignes » et se dit prêt « à aider d’autres structures et d’autres régions à se doter du même outil ». En attendant, « Nous allons tracer le chemin en faisant de notre mieux ».

Alexandrine Civard-Racinais