Une orchidée extrêmement rare découverte en pleine ville

La fin de la tonte rase dans les parcs et jardins a permis à des plantes de pousser en toute tranquillité. A Villeneuve-Tolosane, à côté de Toulouse, c’est une orchidée protégée très rare, Ophrys de Ficalhoana, qui est apparue dans un espace vert de la ville.

 

Tous confinés, les voitures à l’arrêt, la nature sanctuarisée… Et surtout la fin du ballet des tracteur-tondeuses. Il n’en fallait pas plus pour voir pousser ici ou là des fleurs que l’on avait plus vu depuis belle lurette. Les citadins se sont aperçus que des plantes pouvaient percer le bitume des trottoirs et la nature sauvage profiter de ce temps suspendu pour explorer leurs territoires perdus.

C’est dans ce contexte qu’une orchidée sauvage a décidé de montrer le bout de ses sépales à côté de Toulouse. Mais pas n’importe quelle orchidée. Si la France compte pas moins de 160 orchidées sauvages, c’est la très rare Ophrys de Ficalhoana qui s’est dévoilée au regard d’un agent de l’Office français de la biodiversité dans l’agglomération toulousaine sur la commune de Villeneuve-Tolosane.

Pour les amateurs, sa fleur ressemble à l’Ophrys apifera mais sa tige comporte de nombreuses fleurs. Fleurs dont les pétales et sépales sont plus arrondies. Le labelle, cette partie du bas de la fleur ressemblant à une bouche, a de nombreux poils raides.
L’aire de répartition d’Ophrys de Ficalhoana est l’Espagne, plus rarement le Portugal ou l’Afrique du nord. Présente dans 6 départements français (Charente-Maritime, Bouches-du-Rhône, Aveyron, Vendée, Aude, Gers), elle est considérée comme étant en « danger immédiat » d’extinction.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Joan (@joanpellroja) le


L’Office français de la biodiversité explique dans un communiqué : « La moindre utilisation des tondeuses à gazon dans les espaces publiques durant le confinement a permis à de nombreuses espèces végétales de se développer et de fleurir. Ce fut le cas notamment des Orchidées sauvages, présentes jusque dans les villes, en bord de route ou dans les parcs fermés. »

Les trois pieds de cette exceptionnelle plante devraient être protégés. L’Office français de la biodiversité est en effet entré en contact avec la ville de Villeneuve-Tolosane et ses services techniques pour les accompagner dans une démarche de « gestion favorable à l’espèce et ainsi à son maintien dans le futur ». D’ici le prochain confinement les trois plants pourront faire des petits…

 

Alexandre Marsat

 

Photo de Une : Office français de la Biodiversité.