Confinement : une lutte en ordre dispersé

Alors que le nombre de cas explose dans le monde, les pays avancent des mesures hétéroclites. Mais les confinements partiels ou généraux restent le moyen le plus efficace… et le plus redouté

Israël : un reconfinement qui passe mal

Les écoles, restaurants, centres commerciaux et les hôtels vont de nouveau être fermés à partir de ce vendredi pour au moins trois semaines. De même, les gens ne pourront pas sortir à plus de 500 mètres de chez eux. Israël est un des pays du monde qui a le plus de cas de Covid par habitant. Les mesures modérées prises ces dernières semaines n’ont rien pu changer. Mais ce reconfinement strict a suscité la démission du ministre du logement, un extrémiste religieux qui n’accepte pas qu’il ait lieu durant certaines des plus importantes fêtes juives.

Italie : retour à l’école avec masque pour les plus de 6 ans

Après six mois d’arrêt des cours, deux-tiers des 8,5 millions d’élèves ont repris l’école. Mais la rentrée est loin d’être ordinaire : dans toutes les salles où la distanciation ne sera pas possible, tous les enfants de plus de six ans devront porter un masque. Les autorités ont prévu de les équiper gratuitement. Lorsque les salles ne sont pas adaptées, il est possible de faire cours à l’extérieur. Et il est demandé aux parents de prendre la température de leurs enfants tous les jours.

Indonesie : reconfinement partiel

Jakarta, la capitale indonésienne, est partiellement reconfinée pour au moins deux semaines. Pour prévenir l’effondrement du système de santé, les commerces non-essentiels ne devront travailler qu’à 25 % de leur capacité, les restaurants servir uniquement des plats à emporter. Les parcs et lieux touristiques sont fermés. Toute personne testées positive sera mise en quarantaine dans des centres gérés par l’État.

Allemagne : lutte contre les super-diffuseurs

Le parquet de Munich envisage de punir sévèrement une Américaine qui, présentant les symptômes du coronavirus, a couru sans précaution les bars de la ville de Garmisch-Partenkirchen. Elle était employée d’un hôtel réservé aux forces américaines et à leur famille, fermé pour cause de Covid-19. En attendant le résultat de son test, elle a fréquenté plusieurs bars et elle est soupçonnée d’être à l’origine de l’explosion des cas dans cette ville. Explosion qui a conduit à un reconfinement partiel avec fermeture des bars à 22 heures et interdiction des rassemblements de plus de 5 personnes. Pour la juge d’instruction, elle peut être accusée de « coups et blessures involontaires ».

Philippines : pas de fêtes dans les cimetières à Toussaint

Les cimetières de Manille seront fermés le jour de la Toussaint pour éviter des rassemblements. Les Philippins se réunissent souvent dans les cimetières dans une ambiance festive pour honorer leurs morts. Cette année, le gouvernement leur demande d’étaler ces manifestations avant et après. Malgré six mois de mesures contraignantes, les Philippines ne parviennent pas à maîtriser la pandémie. Dans ce contexte, la décision de faire passer de 75 cm à 50 cm et désormais 30 cm la distance de sécurité dans les transports est mal vécue. Pour compenser la baisse de la distance, il sera interdit de parler dans les transports.

Par ailleurs, en Allemagne, l’église évangélique se prépare à mettre en place des messes de Noël en extérieur, « sur les places, dans les stades ou même dans les champs. »

Grande-Bretagne : des tests massifs

Boris Johnson prépare la mise en place d’un plan de dépistage massif. Baptisé « Opération Moonshot », ce plan est selon lui « notre seul espoir d’éviter un deuxième confinement avant l’arrivée d’un vaccin ». Il s’agit de se donner les moyens d’effectuer jusqu’à 10 millions de tests par jour. Le plan coûterait plus de 120 milliards d’euros et fait appel à des technologies qui n’existent pas encore même si des tests salivaires rapides sont menés depuis quelques semaines. Mais le plan laisse sceptique alors que le pays n’arrive pas à absorber les milliers de tests actuels. Surtout, beaucoup ont réalisé que les mesures restrictives seraient en place au moins jusqu’au printemps prochain.

Jean Luc Eluard