Un membre peut-il repousser ?

Ça ressemble à un scénario de science-fiction : un monstre se fait couper le bras mais son membre repousse et la bête immonde ne peut pas être éliminée. Côté fiction, la mythologie grecque dépasse souvent l’imagination des réalisateurs

Zeus punissait déjà Prométhée d’avoir donné le feu de l’Olympe aux hommes après les avoir créés. Il l’attachait à un rocher, un aigle dévorant son foie. L’organe repoussait la nuit et l’aigle revenait tous les jours. On imagine la douleur éternelle infligée. L’angoisse… Et pourtant, pas si irréel que cela. Les Grecs avaient vu juste : le foie est le seul organe humain à disposer d’une telle puissance de régénération.

Dans le monde végétal, la résilience du vivant nous paraît si naturelle qu’on n’y prête plus guère attention. C’est le cas de forêts entières, après une coupe rase ou des ravages climatiques, de l’herbe, qu’il faut tondre régulièrement.

Dans le monde animal, on peut citer les vers de terre qui se reconstituent, la queue du lézard qui repousse comme nos ongles et cheveux. Ou encore, plus surprenant : ce petit amphibien, l’axolotl, ressemblant à un joli petit poisson fantasmagorique. Il peut remplacer ses pattes ou, vraie quête d’éternité pour l’homme, des éléments de son cœur et de son cerveau ! À y regarder de près, les exemples sont nombreux : les cerfs remplacent leurs bois, les crabes leurs pattes perdues au combat, des poissons leurs muscles cardiaques ou encore les étoiles de mer leurs bras…

Les promesses des cellules souches

S’il est impossible pour les êtres humains de régénérer un membre ou un organe autre que le foie, l’observation des cellules pourrait ouvrir de très intéressantes possibilités. Ainsi les cellules souches pourraient permettre à la médecine régénérative d’intervenir dans un champ considérable de maladies : des cancers aux maladies cardiaques, en passant par les maladies neurodégénératives.

Ces cellules peuvent être considérées comme immortelles par leur capacité à se diviser et à se renouveler. Une cellule souche, en se divisant, va donner une autre cellule souche et une cellule « normale ». Une manière incroyable de remplacer les cellules mortes tout en conservant une cellule souche.

Des promesses encourageantes pour la médecine régénératrice. Mais pas question de se couper un bras, sauf si on est Wolverine.

Les mythes grecs n’ont qu’à bien se tenir.

 

Photo de couverture : par uthlas de Pixabay