A Cussac-Fort-Médoc, le maraicher municipal nourrit les écoliers en bio

Au cœur du Médoc, la commune de Cussac a décidé de prendre en main l’alimentation des enfants de l’école en créant une régie agricole municipale. Depuis deux ans elle fournit les légumes à l’école du village. Reportage photos.

 

Cussac-Fort-Médoc est connue, comme les communes viticoles voisines, pour ses vignes de la réputée AOC Haut-Médoc mais aussi pour la particularité de son riche patrimoine local composé du Fort-Médoc qui vient compléter le verrou de l’estuaire avec la Citadelle de Blaye et le Fort-Pâté.
Il va falloir ajouter une nouvelle singularité : le maraîchage.

Des courgettes ou pommes de terre en passant par les piments ou les tomates, le maraicher municipal David Ducasse propose toute l’année des légumes aux enfants PHOTOS Alexandre Marsat

Et pas n’importe quel maraîchage, il s’agit d’une régie municipale. Dans cette commune de 2200 âmes située au cœur du Médoc à 40 kilomètres au nord-ouest Bordeaux, le maraîchage est affaire de collectivité. Le maire, Dominique Fédieu, viticulteur bio depuis une quinzaine d’années comprend très tôt l’importance des circuits courts, du manger bon et local. Alors il se lance dans la création de d’une régie agricole communale (RAC) qui verra le jour en 2018 pour que de bons légumes soient servis à la cantine scolaire. A l’image de Mouans-Sartoux, commune de l’arrière-pays de Cannes, référence sur le sujet qui est passée au 100% bio pour ses cantines.

Mais maintenant, Cussac-Fort-Médoc, engagé pour une alimentation 100% bio et locale d’ici 2030, fait à son tour figure d’exemple. Et le maraîcher de la régie se prête aux visites des différents lieux de production dans le village.

Ateliers pédagogiques, jardin maraîcher et verger

Tout commence au cœur de la commune, entre l’école et l’église. Une parcelle de 500 mètres carrés accueille un jardin partagé, lieu ouvert au public et qui sert d’atelier pédagogique pour les élèves en semaine et d’atelier pour les habitants le samedi.

Juste derrière, une autre parcelle est consacrée à la production maraîchère. Et le long du stade, à quelques mètres des cages de football poussent toute l’année la majeure partie de la production maraîchère du village avec 2500 mètres carrés. Pour David Ducasse, qui a le statut très rare de maraicher fonctionnaire : « manger bio et local, c’est bien mais comment fait-on quand on n’a pas de production locale ? Ici, on a résolu le problème. » Citrouilles, aillet, courgettes, tomates, aubergines, pommes de terre, etc., toute l’année, les légumes sortent des parcelles communales pour alimenter l’école.

La régie agricole municipale est unique en Nouvelle-Aquitaine avec un fonctionnaire maraicher qui s’occupe des parcelles potagères et du verger

Et pour aller encore plus loin, le maraicher a même créé un verger de 2 hectares le long de la Garonne et de la forteresse pour proposer dans quelques années pêches, prunes, poires, kiwis, nèfles, pommes, ou encore cerises.

Pour David Ducasse, la démarche doit être complète : « ce qui fonctionne c’est le couple maraicher-cuisinière. Il faut qu’en cuisine, il y ait un gout pour la cuisine et le temps de le faire. C’est là que nous sommes pertinents ». Car les écoliers de Cussac-Fort-Médoc ont la chance d’avoir encore une cuisinière sur place.

Les enfants trouvent alors des assiettes colorés et gouteuses. Pour preuve, les déchets ne représentent plus que 50 grammes par enfant et par repas contre plus du double en moyenne. Pari gagné.

Texte et photos : Alexandre Marsat