Des actus (positives) : trésors millénaires sous les glaciers des Alpes, un coléoptère résiste à 39.000 fois son poids

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Ce coléoptère résiste à 39.000 fois son poids

Coléoptère diabolique cuirassé. Voilà un insecte qui porte bien son nom. Le coléoptère tout de noir vêtu est certainement la petite bête la plus résistante au monde. Rien ne peut l’écraser : il résiste à 39.000 fois son poids. Bref si une voiture lui tombe sur le dos, cela le chatouille. C’est l’équivalent pour les humains (de 70 kilos) de 2,7 millions de kilos… Ironman et les Avengers n’ont qu’à bien se tenir.

Geo.fr décrit : « Avec son corps sombre, sa surface rugueuse et ses excroissances, Nosoderma diabolicum ressemble davantage à un morceau de bois ou une pierre grêlée qu’à un scarabée chatoyant. »
Les secrets de cette particularité sont dévoilés dans une étude scientifique publiée des ingénieurs américains dans Nature. Tout vient de son ingénieuse carapace qui par sa composition en lame ne va pas se briser et pourra résister à une pression de 150 newtons. Et à la suture entre ses élytres car il n’en a pas besoin n’ayant pas d’ailes.

Deux lignes de défense expliquées par les scientifiques dans un communiqué : « tout d’abord, les lames d’interconnexion se verrouillent pour s’empêcher de se retirer de la suture comme des pièces de puzzle. Deuxièmement, la suture et les lames se délaminent, ce qui conduit à une déformation plus gracieuse qui atténue la défaillance catastrophique de l’exosquelette. Chaque stratégie dissipe de l’énergie pour éviter un impact mortel au niveau du cou, là où l’exosquelette du coléoptère est le plus susceptible de se fracturer ».

Ce mécanisme intéresse les ingénieurs américains qui y voient une opportunité  de créer des nouveaux matériaux par biomimétisme.

 

2- Découvertes de trésors millénaires sous les glaciers des Alpes

Derrière la dramatique fonte des glaciers alpins, des découvertes inenvisageables il y a quelques décennies sont rendues possibles. C’est le cas d’une récente expédition sur un site mésolithique proche du glacier de Brunifirm (Suisse) qui a été menée dans le cadre d’une fouille d’urgence, le site étant menacé d’érosion. L’édition suisse de 20Minutes explique que les objets retrouvés sur place « montrent que des gens cherchaient des cristaux dans cette zone déjà dans la période allant de 7500 à 5800 avant Jésus-Christ. »

« Nous faisons des trouvailles fascinantes, qui nous ouvrent une fenêtre sur une partie de l’archéologie à laquelle nous n’avons normalement pas accès », a témoignée à l’AFP Marcel Cornelissen, le chef d’expédition. Le reportage est à lire ici.

Alexandre Marsat