Des actus (positives) : Une plante change de couleur pour se protéger des hommes, découverte de la plus vieille huile d’olive

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

La plus ancienne bouteille d’huile d’olive découverte dans un musée de Naples

Les Italiens vont pouvoir s’enorgueillir d’être les premiers à avoir produit de l’huile d’olive. Lors d’une fouille à Herculanum au pied du Vésuve, les archéologues ont découvert la plus ancienne bouteille d’huile d’olive connue à ce jour. Une découverte tardive car ladite bouteille a été en réalité retrouvée au XVIIIe siècle dans la cité romaine ensevelie sur les laves du Vésuve lors de son éruption en l’an 79.
Conservée au Musée archéologique national de Naples, la bouteille n’avait pas éveillé plus d’intérêt que cela parmi les très nombreux objets de la vie quotidienne découverts sur les sites antiques  de Pompéi et Herculanum. Sciences et Avenir explique : « Exposée dans une vitrine du musée, elle a fini par attiser près de trois siècles plus tard la curiosité du journaliste et paléontologue italien Alberto Angela, également auteur de nombreux ouvrages sur la Rome antique. »

Une étude scientifique a alors été lancée pour comprendre ce que la bouteille contenait car 70 centilitres de liquide avait traversé les siècles. Les analyses chromatographiques et spectroscopiques mais aussi une spectrométrie de masse ont révélé qu’il s’agissait d’huile d’olive. L’étude est à retrouver dans la revue scientifique Science of food.

 

Une plante a changé de couleur pour se protéger des hommes

C’est un incroyable exemple de la formidable capacité d’adaptation et d’évolution des espèces. Ainsi la plante Fritillaria delavayi, célèbre dans la pharmacopée chinoise, a changé de couleur pour tromper ceux qui veulent la cueillir. Utilisée contre la toux, la plante est arrachée pour son bulbe mais elle est devenue très onéreuse. Alors les cueilleurs exercent une forte pression sur Fritillaria delavayi qui pousse dans les montagnes à environ 4000 mètres d’altitude.

Les chercheurs expliquent dans l’abstract de leur étude publiée dans Current biology : c’est une plante herbacée vivace distribuée dans les éboulis alpins des montagnes de Hengduan. Elle a des feuilles seulement à un jeune âge et produit une seule fleur par an après la cinquième année. Les plantes adultes fleurissent en été (juin) et meurent en hiver (octobre) chaque année.
Elle se protège déjà des animaux et notamment des rongeurs par la présence d’alcaloïdes, une défense chimique bien connue. Mais c’est cette substance qui est recherchée par  les hommes. Pas de chance, sa défense cause sa perte. Alors, Fritillaria delavayi a modifié sa couleur pour se confondre avec les éboulis là où elle est récoltée.  Ainsi certaines plantes demeurent vertes quand d’autres, suivants les lieux de récoltes, sont devenues grises.

Les auteurs de l’étude concluent : « Étant donné que les humains ont longtemps collecté des animaux et des plantes pour une variété de caractères, nous nous attendons à ce qu’il y ait de nombreux autres exemples analogues d’humains entraînant des changements de coloration dans la nature. »

Alexandre Marsat