Comment savoir si une source est fiable ?

Une source, c’est la base d’une information, donc du travail de journaliste. Mais comment être certain de pouvoir la croire? Question posée à Sylvain Chazot, journaliste pour Chez Pol, la newsletter politique de Libération.

« Une source, c’est ce qui va être à l’origine d’une information. Cela peut être un témoignage, une vidéo, une photo, un communiqué, ou revêtir bien des formes différentes…

Quand on reçoit une information émanant donc d’une source, on se demande d’abord qui nous parle : est-ce quelqu’un que l’on connait, dans le privé ou parce que c’est une personnalité publique. Et dans ce cas, cette personne est-elle plutôt crédible ou adepte des intox ?

Ensuite, on se demande quel est l’intérêt de la personne qui nous transmet cette info. Le fait-elle pour des raisons idéologiques, financières, politiques, ou désintéressées ? Tous cas de figure ne décrédibilisent pas a priori sa parole, mais peuvent inviter à la prudence.

Puis, on vérifie les faits, les exemples, les photos qui peuvent donner du crédit à l’information qui nous est transmise. On est là au cœur du travail de journaliste, puisqu’on va contacter des sources que l’on sait fiables pour qu’elles avalisent ou non l’info qui nous a été donnée. 

« Premier réflexe, faire le tour des médias »

Pour Sylvain Chazot, « La source de l’information, pour le grand public, ce sont les médias eux-mêmes »

Pour une personne qui n’est pas journaliste, le premier réflexe va être de faire le tour des médias. Si plusieurs d’entre eux parlent d’une information ou confirment un scoop, il y a toutes les chances que celui-ci soit vrai. Le public peut adopter la même démarche que le journaliste pour savoir si une source est fiable et s’interroger : Qui parle ? Pourquoi ? Dans quel but ? Sur quels éléments l’information repose-t-elle (témoignages, faits, études) ?

J’évoque bien sûr des médias reconnus comme tels, qui répondent à une charte éthique et emploient des professionnels de la presse. Le réflexe est, finalement, un peu le même que quand on est journaliste : si c’est un blog isolé et très engagé qui donne une info, et lui seul. Il faut s’interroger sur son intention. L’information peut être vraie et dans ce cas, des éléments factuels doivent le prouver. D’autres médias la confirmeront rapidement.

La source de l’information, pour le grand public, ce sont les médias eux-mêmes. Ceux qui ont pignon sur rue sont souvent remis en question, mais ils restent tout de même des références qui passent un contrat avec leurs lecteurs et s’engagent à leur fournir une information fiable. On peut ainsi, le plus souvent, leur faire confiance. Sans sacraliser leur parole : eux aussi peuvent se tromper, mais rarement donner intentionnellement de fausses informations ».

Retrouvez toutes les interviews de notre série sur l’esprit critique : lire ici.

Propos recueillis par
Jean Berthelot de La Glétais

 

Avec le soutien du ministère de la Culture