Peut-on agrandir le pénis ?

Alors la première chose à faire lorsqu’on nous pose ce genre de question est de répondre : je ne sais pas, je ne suis pas concerné. Voilà, ça s’est fait. Et ça montre aussi l’essentiel : la taille de la quéquette est un sujet épineux chez les garçons et depuis le plus jeune âge

Alors posons tout de suite un étalon, en quelque sorte : la moyenne européenne mesurée auprès de 15 000 kikis (il y a des métiers passionnants quand même), c’est 9,16 cm au repos et 13,2 cm en érection. C’est pas la lune non plus ! Ce qui signifie qu’il y a bien plus gros (ça, je sais!)(remarque à placer en douce) et aussi plus petit. Et que ça n’a pas toujours été important : pendant l’antiquité, aussi bien grecque que romaine, un gros sexe était considéré comme du plus grand vulgaire. Ce qui explique les statues…

Alors autant le dire de suite : on peut effectivement agrandir le pénis… mais on est obligé de passer par le bistouri. C’est ce qu’on appelle la pénoplastie et, sous beaucoup de réserves, c’est une opération qui peut être remboursée si et seulement si on a ce qu’on appelle un micropénis, soit moins de 4 cm au repos et moins de huit en action. La première joue sur la longueur et consiste à sectionner le ligament suspenseur qui sert à donner au sexe en érection son angle si… impétueux (45° pour ceux qui mettent de la géométrie partout). C’est donc uniquement en détachant la verge de sa base que l’on augmente très faiblement (de 2 à 4 cm) sa taille. On peut aussi gagner en épaisseur en injectant de la graisse prise ailleurs sur le corps et en l’injectant sous la peau. Mais souvent, il faut s’y prendre à deux fois parce que la première couche va vite se résorber mais elle servira de base à la seconde. Coût total : entre 6 et 8000 €. Il faut avoir les moyens de ses ambitions…

A part ça… toutes les autres méthodes, c’est du flanc. Certains vous font croire qu’en faisant des exercices, vous pouvez doper l’engin. C’est typiquement le genre d’allégation qui correspond à l’esprit « gros bras » qui entoure le mythe zizitesque. Ce n’est pas un muscle mais un corps caverneux, une sorte d’éponge qui se remplit de sang donc vous pourrez l’exercer autant que possible, ça fera juste mal. Autre méthode en vogue : le jelqing qui consiste à créer de micro-lésion entre les tissus érectiles pour qu’elles se remplissent des cellules et permettent d’accroître l’engin. En fait, ça crée bien des micro-déchirures… et c’est tout. Ah si : ça peut aussi provoquer des déformations du pénis. On est bien avancé. Le mieux à faire, c’est de se contenter de ce qu’on a. Surtout si on a beaucoup. Comme dans la vie quoi…