Covid-19 : colchicine, statine, bamlanivimab, etc. plusieurs traitements prometteurs bientôt disponibles

Alors que le déploiement des vaccins est plus compliqué que prévu en Europe, il est urgent d’avoir aussi des traitements efficaces. Moins médiatisés, ils progressent aussi. Soit en se fondant sur des médicaments déjà existants. Soit en explorant des voies spécifiques.

Canada : presque 50% de complications en moins

La colchicine, un puissant anti-inflammatoire, pourrait être le premier médicament simple d’utilisation à être réellement efficace contre le Covid19. Selon l’Institut de Cardiologie de Montréal, les résultats de ses recherches sur le sujet sont très encourageantes : auprès de 4 200 testés positifs, le remède réduit de 25% les risques d’hospitalisation, de 44% les décès et de 50% la mise en réanimation. Des études complémentaires doivent être faite, notamment pour savoir auprès de quels patients le médicament est plus efficace. L’étude n’a pas encore été officiellement publiée mais le directeur de l’ICM a décidé de la rendre publique en urgence pour que les médecins généralistes puissent éventuellement prescrire la colchicine immédiatement.

Grande-Bretagne : On veut du soleil…

Les études se multiplient qui montrent l’étroite corrélation entre la latitude, l’ensoleillement qui en dépend et la fluctuation du nombre des cas de Covid. La faculté de médecine de Liverpool, a ainsi appelé le gouvernement à conseiller la prise de vitamine D pour prévenir les cas les plus graves : « Le risque de mourir du Covid est corrélé avec l’ethnicité, l’obésité et le manque d’exposition aux ultraviolets. Tous ces facteurs sont liés à une déficience en vitamine D. La moitié de la population britannique en manque alors que c’est bon marché et que ça ne peut pas être néfaste. » Une grande étude française doit être publiée dans les semaines à venir. Le lien Covid-vitamine D est une priorité de la recherche française.

Une autre étude de l’université de Bristol  souligne aussi l’importance de la vitamine D (qui n’est produite par le corps que par l’exposition aux UV) mais aussi, possiblement, des vitamines K et A dans les chances d’éviter une aggravation des cas. Selon les chercheurs, cela pourrait expliquer aussi pourquoi l’obésité et un fort taux de cholestérol sont des facteurs à risque. En effet, la vitamine D est soluble dans la graisse et disparaît dans les tissus graisseux. De fait, des médicaments anti-cholestériques comme les statines contribuent à améliorer le taux de vitamine D. Comme l’acide linoléique, la vitamine D aurait la capacité de saturer la protéine Spike du virus, qui lui permet de « rentrer » dans notre organisme.

Etats-Unis, Allemagne : Deux médicaments sur les rangs

L’entreprise pharmaceutique américaine Eli Lilly a annoncé qu’un de ses anticorps, le bamlanivimab, diminue de 57% le risque d’attraper le Covid. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que ce résultat a été observé sur 1000 résidents et personnels de maisons de retraite. Si l’on ne se concentre que sur les résidents, ce chiffre atteint 80% de probabilité en moins d’être infecté. Cette recherche était menée en collaboration avec le NHS, le service de santé britannique. Ses résultats doivent être officialisés par une publication scientifique. S’ils étaient confirmés, cela ferait du bamlanivimab le premier médicament efficace contre le Covid pour les personnes les plus âgées.

Sans attendre publication, l’Allemagne est le premier pays européen à avoir acheté et à distribuer en hôpital cette molécule fournie par un autre labo. Ce cocktail d’anticorps monoclonal est ce qui a été administré à Donald Trump lors de son hospitalisation.

Jean-Luc Eluard