Rainettes, grenouilles et crapauds : des chants différents pour leurs amours

A la sortie de l’hiver, grenouilles, crapauds et rainettes rejoignent leurs sites de reproduction. Les premiers chants d’amour des anoures se font alors entendre. A qui sont-ils destinés ? Françoise Serre-Collet, spécialiste des amphibiens et des reptiles au Muséum national d’Histoire naturelle, nous répond

Françoise Serre-Collet, herpétologue MNHN Paris

Photo Alain Collet

 « Les grenouilles brunes sont les premières à sortir de leur hibernation, mais elles émettent seulement de petits chants peu audibles. En revanche, les Grenouilles vertes, les rainettes ou certaines espèces de crapauds, comme le Crapaud calamite ou encore l’Alyte accoucheur, sont d’extraordinaires chanteurs.

A chaque espèce son chant

Le chant de l’Alyte accoucheur se reconnaît à sa petite note flutée venue du sol « Pou ». Celui du Pélodyte ponctué ressemble au son produit par deux boules de pétanques s’entrechoquant. Quand à la Grenouille taureau, une espèce introduite envahissante, elle doit son nom à son chant semblable à un meuglement.

Chanson d’anoure

Les chants d’amour sont émis par les mâles. Ils leur servent à appeler les femelles et à marquer leur territoire. Ces chants aident aussi d’autres amphibiens, comme les tritons, à se diriger vers la mare la plus proche. Revers de la médaille, leurs prédateurs, comme les couleuvres aquatiques savent aussi où trouver leurs proies…

Ces chants sont produits par des sacs vocaux. Selon les espèces, il peut s’agir d’un sac unique situé sous la gorge ou de deux sacs placés des deux côtés de la tête, ces derniers servant de caisse de résonance. La Rainette méridionale (photo d’ouverture) est celle qui possède le plus gros sac vocal. Son chant d’amour s’entend ainsi sur plusieurs kilomètres !

La palme du meilleur chanteur

De tous les anoures, la Rainette méridionale est celle qui possède le plus gros sac vocal. PHOTO Françoise Serre-Collet

Plus le chant est sonore, plus il va capter l’attention de la femelle qui se dit : « tiens, voilà un mâle en bonne santé, ses spermatozoïdes seront de bonne qualité ». La palme revient donc au meilleur chanteur. Mais certains petits malins ont trouvé la parade. Chez les rainettes, les mâles qui n’ont pas une force de chant importante se positionnent près du mâle chanteur. Ils le laissent se fatiguer. Lorsque une femelle se pointe, le mâle satellite peut alors la « pécho » comme disent nos ados.

En cette période de l’année, certaines mares deviennent le lieu de rassemblement de milliers d’amphibiens. Il y a de la vie avec un grand V ! C’est pourquoi il est important de ne pas les déranger. Tous les amphibiens de France sont d’ailleurs strictement protégés. Cette protection concerne non seulement les adultes, mais aussi leurs œufs et les têtards. A cette période de l’année, on évitera d’envoyer son chien chercher un bâton dans une mare au risque d’y faire des dégâts colossaux. Ou de prélever des œufs ou des têtards… »

Propos recueillis par Alexandrine Civard-Racinais

 

A comme Anoure

Les anoures sont des amphibiens dépourvus de queue à l’âge adulte. Ce groupe comprend les crapauds, les grenouilles et les rainettes. 27 espèces distinctes sont présentes en France métropolitaine.
A lire : Grenouilles, crapauds & Cie (éditions Quæ, 2017)