Des actus (positives) : Naissance de trois ours en Béarn, redécouverte d’une espèce de hibou

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Pyrénées : trois ours naissent en Béarn

Trois petites têtes brunes ont fait leur apparition dans les Pyrénées béarnaises, au Pic du Midi d’Ossau à Laruns (64). Ces trois petits oursons ont été filmés en compagnie de leur mère Sorita. Une ourse slovène qui a été lâchée en Vallée d’Aspe avec une autre femelle, Claverina, en octobre 2018. C’est la toute première portée constatée cette année 2021. Mais surtout, c’est la première fois depuis 50 ans que trois oursons naissent en Béarn, la dernière naissance dans le Béarn date elle de 2004.

Alain Reynes, directeur de Pays de l’ours-Adet, une association de promotion du retour de l’ours dans les Pyrénées se réjouit dans les colonnes de Midi Libre : « C’est encourageant. On a généralement chaque année une portée de trois ours, mais pas dans le Béarn, où il n’y a que 2 femelles lâchées en 2018 en Vallée d’Aspe et trois mâles, de part et d’autre de la frontière avec l’Espagne »

Ces trois petits béarnais vont rejoindre la soixantaine d’ours détectés en 2020 dans les Pyrénées françaises et espagnoles. Ces naissances sont encourageantes pour la réintroduction de l’ours mais pas encore suffisantes. Aussi, comme le rappelle les protecteurs de l’ours, il est nécessaire de laisser ses oursons tranquilles pour éviter de les obliger à faire des kilomètres pour s’éloigner de la présence des hommes. D’autant que, comme le rappelle Sciences et Avenir, « sur les 16 oursons nés en 2020 dans les Pyrénées, 4 sont morts. Le taux de mortalités des oursons est important la première année. Ils pèsent à peine 300 grammes à la naissance et atteignent 3 à 5 kg à cette époque de l’année. »

2- Un hibou redécouvert en Malaisie 120 ans après sa… découverte

Petit-duc Radjah de Bornéo, derrière ce joli nom princier se cache une nouvelle espèce hibou. Découverte ou plutôt « redécouverte » par un chercheur en Malaisie dans une forêt du Mont Kinabalu à 1650 mètres d’altitude car cette espèce n’avait plus était observée dans la nature depuis plus de 120 ans. Sciences et Avenir précise : « En effet, Otus brookii brookii n’a plus été repérée vivante dans la nature depuis sa découverte en 1892 par un certain Richard Bowdler Shape à 2.000 mètres d’altitude sur le Mont Dulit. »

C’est une sous-espèce du Petit-duc Radjah qui ne pèse que 100 grammes. Une redécouverte réalisée par Andy Boyce du Smithsonian Migratory Bird Center qui explique dans un communiqué :  « Les deux sous-espèces de petit-duc du Rajah sont originaires d’Asie du Sud-Est – Otus brookii brookii sur l’île de Bornéo et Otus brookii solokensis à Sumatra. Les petits hiboux du genre Otus montrent souvent une divergence rapide après leur isolement dans cette région. En fait, l’archipel indonésien est composé d’îles qui facilitent la divergence des espèces, et Bornéo et Sumatra ont été particulièrement sujets aux événements de spéciation. »

Alexandre Marsat