Des actus (positives) : Le déterminisme social frappe aussi les hyènes, les dauphins apprennent le « prénom » de leurs congénères

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Le déterminisme social frappe aussi les hyènes

Les hyènes ne sont pas aussi idiotes que Disney avec Le Roi lion a bien voulu le faire croire. Certes avec leurs rires aussi bêtes que maléfiques, leur postures carnassiers charognards, tout les rend peu sympathiques. Mais cet animal social à l’instinct grégaire est très évolué. Une récente recherche vient de démontrer que les hyènes pouvaient transmettre leur rôle social à leurs rejetons.

Un atout considérable pour les petits derniers dans un groupe très hiérarchisé. Pas besoin de faire ses preuves, le comportement à adopter est transmis par la mère. Les hyènes vivent dans des meutes pouvant atteindre une centaine d’individus avec une domination matriarcale. Être issu de « l’aristocratie » des hyènes, c’est s’assurer notamment un bon accès à la nourriture.
Pour comprendre l’organisation sociale des hyènes, des scientifiques ont examiné une trentaine d’années d’observations de ces mammifères. Après avoir décortiqué plus de 70.000 interactions, les chercheurs ont pu comprendre comment le rang social se transmettait.

Amiyaal Ilany, l’un des auteurs de l’étude publiée dans la revue scientifique Science explique dans un communiqué de l’université de Penn : « Il s’agit d’un processus très simple d’héritage social dont nous montrons qu’il fonctionne très, très bien. Les individus nés à un rang plus élevé sont plus précis dans leur héritage, et ils ont de bonnes raisons de le faire. Cela correspond bien à ce que l’on sait déjà sur l’hérédité de rang. Il y a des règles très strictes sur la place à laquelle vous vous situez dans la hiérarchie si vous êtes une hyène. »

Un héritage social que l’on connaît aussi chez les humains comme l’ont démontré les chercheurs en sciences sociales. Souvent subie comme la « reproduction sociale » chère à Bourdieu.

2- Les dauphins apprennent le « prénom » de leurs congénères

Vous les avez peut-être aperçus en groupe au large de nos côtes. Les dauphins aiment eux-aussi à vivre en bande. On savait que leur cri leur permet de communiquer entre eux. Mais pour échanger et pour faire société quoi de mieux que de s’appeler par son prénom. La chose n’est pas réservée aux seuls humains. Publiée dans la revue scientifique Science, cette découverte est une véritable révolution le règne animal.

Pour être plus précis, les dauphins apprennent les prénoms de leurs congénères pour former des équipes. Des « gangs » comme le dit Virginia Morell dans Science. Car les dauphins mémorisent les sifflements de leurs camarades pour se regrouper et aller capturer ou défendre une femelle en chaleur. Luke Rendell, écologue comportemental à l’Université de St. Andrews explique à la revue que  « c’est une étude révolutionnaire. Le travail ajoute des preuves à l’idée que les dauphins ont développé de gros cerveaux pour naviguer dans leurs environnements sociaux complexes. »
La mère de chaque dauphin apprend à sa progéniture un sifflement unique qui devient sa signature. Ce sifflement permet alors aux autres dauphins de reconnaître qui approche car ils mémorisent le sifflement de leur congénère.

Alexandre Marsat