Pourquoi se méfier d’une théorie du complot ? 

Anodines, les théories du complot ? Certaines peuvent le sembler. Mais elles ouvrent toutes la voie à d’autres théories, nettement plus dangereuses

À première vue, beaucoup de théories du complot peuvent sembler assez inoffensives. Ainsi, penser que la Terre est plate et « qu’ils » nous le cachent depuis des siècles, qu’Elvis Presley et John Fitzgerald Kennedy jouent aux dominos sur une île ou encore que personne n’a jamais mis le pied sur la lune pourrait ne pas être dangereux.

Le problème, c’est qu’adhérer à de telles théories est le signe, d’une part, d’une perméabilité à des idées considérées il y a peu comme totalement saugrenues. Et ouvrir la voie, ensuite, à des théories nettement moins anodines, susceptibles d’avoir des conséquences dramatiques. En 2020, l’institut IFOP a ainsi dévoilé un sondage que 17 % des Français estimaient que le Coronavirus avait été « fabriqué » intentionnellement en laboratoire.

Une autre étude IFOP, menée en 2018 pour la Fondation Jean Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch, révélait que 79 % des personnes interrogées croyaient en une théorie du complot au moins. Par ailleurs, 31 % pensaient que « les groupes terroristes jihadistes comme Al-Qaïda ou Daech sont en réalité manipulés par les services secrets occidentaux ». 

Du complotisme à l’attaque du Capitole

Parmi ces personnes interrogées, 16 % affirmaient aussi que les Américains ne sont jamais allés sur la lune, et 9 % à estimer « possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme on nous le dit depuis l’école ». Enfin 34 % des Français adhèrent à quatre théories au moins, et 13 % à sept théories ou plus. Ce point est particulièrement notable : lorsqu’on est sensible à l’une de ces thèses, on est en général perméable aux autres.

Et le danger est bien là : même le complotisme le plus anodin peut ouvrir la porte à d’autres, qui le seront nettement moins. C’est ainsi le complotisme de Qanon, largement alimenté par Donald Trump, qui avait mené à l’attaque du Capitole, à Washington, laissant fait quatre morts et des dizaines de blessés. C’est le complotisme d’ultradroite de Rémy Daillet qui avait conduit à, l’enlèvement d’une fillette, en avril 2021.

C’est aussi le complotisme autour du Coronavirus qui a mené au saccage de plusieurs centres de vaccination ces derniers mois. Aucune théorie du complot n’est donc totalement anodine, y compris les plus farfelues. Toutes doivent être traitées avec méfiance, en particulier par les proches d’une personne qui serait attirée par une telle théorie. La démonter rationnellement est plus facile si l’on est au début du processus complotiste, nettement plus compliqué ensuite. 

Retrouvez tous les articles de notre série sur l’esprit critique ici.


Jean Berthelot de La Glétais

 

Avec le soutien du ministère de la Culture