Black man casting his vote to a ballot box

Comme la République, l’universalité du droit de vote paraît être une évidence, mais il a pourtant fallu du temps et de longues luttes pour y parvenir. Et depuis les premières élections en France, en 1791, mis à part quelques reculs dus à des changements de régime, tout va vers un droit de plus en plus élargi.

Aujourd’hui, tous les citoyens français âgés de plus de 18 ans ont ce droit. Y compris, depuis 1994, les détenus : seul le juge peut, dans certains cas, destituer un condamné de son droit, et toujours pour une durée limitée. Cette destitution est cependant automatique dans les cas de corruption, de détournement de biens publics et de menaces contre les personnes exerçant une fonction publique.

Les personnes placées sous tutelle peuvent aussi voter depuis 2005, sauf avis contraire du juge. Et les citoyens de l’Union européenne votent aux élections européennes et municipales. Deux siècles ont été nécessaires pour en arriver là : en 1791, seuls les hommes qui paient en impôt l’équivalent de trois jours de salaire ont le droit de voter. Et encore : ils votent pour des délégués qui choisissent leurs représentants à l’Assemblée nationale. C’est le suffrage censitaire indirect. Qui devient brièvement universel masculin, un an plus tard, mais comme on est sous la Terreur, la participation fait un flop. Durant toute la période révolutionnaire, on change de mode de scrutin comme de chemise. À la Restauration, en 1815, fi de ces fredaines : seuls les riches peuvent voter. On estime que seuls les propriétaires et ceux qui sont éduqués sont à même de bien voter, c’est- à-dire pour leurs intérêts, qui sont aussi ceux du pouvoir en place ; les choses sont bien faites…

Il faudra patienter jusqu’à la révolution de 1848 pour revenir au suffrage universel masculin (qui exclut toutefois les militaires, puisqu’on estime qu’ils n’ont pas à se mêler de politique… Les craintes d’un coup d’État sont toujours grandes). Il faudra attendre 1945, un an après les femmes, pour que les militaires obtiennent ce droit. D’ailleurs, si les femmes ont mis si longtemps à l’obtenir, c’est dû à une coalition droite gauche: d’un côté droit, on considère qu’une bonne ménagère n’a pas à s’occuper de ces choses viles, et, du côté gauche, qu’elles risquent d’être sous la coupe de l’Église réactionnaire.

Signalons que le premier État à faire voter les femmes fut… le Wyoming, aux États-Unis, en 1869. Depuis, il ne s’est sans doute plus rien passé au Wyoming. La dernière grande réforme est celle de l’abaissement de la majorité de 21 à 18 ans, en 1974. Allez, à vote bon cœur m’sieurs dames !

Newsletter Curieux !
Recevez chaque semaine la newsletter qui démêle le vrai du faux et aiguise votre curiosité !