Des actus (positives) : Les cépages oubliés de Bordeaux, Une nurserie géante de poissons, Un hibou arctique à Washington

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Les cépages oubliés de Bordeaux

A la veille de la taille rameaux des pieds de vigne, voici un livre à mettre entre les mains des passionnés et des profanes :  Bordeaux, une histoire de cépages. L’auteur, Jean-Baptiste Duquesne, est le propriétaire du Château Cazebonne, en appellation Graves. Fondateur du site de recettes de cuisine 750g.com, il a décidé de se lancer dans la viticulture en 2016 en passant sa propriété, tout juste acquise, en biodynamie. Une démarche qui lui a fait fouiller l’histoire des vins de bordeaux, ses pratiques culturales et enquêter sur l’incroyable diversité végétale des cépages utilisés dans les appellations de Bordeaux.

Si seulement six cépages rouges et sept blancs y sont autorisés aujourd’hui, les viticulteurs ont su en cultiver de nombreux autres au cours des décennies et des siècles précédents sur cet incroyable terroir. Disant regretter la standardisation des vins de Bordeaux liée à des cahiers des charges trop stricts selon le vigneron, Jean-Baptiste Duquesne a décidé de planter les cépages oubliés pour faire renaitre leurs goûts et leur typicité.
C’est cette aventure dans l’histoire et les gouts qu’il propose aux lecteurs. Bourdalès, Saint-Macaire, Folle noire, Mancin, Pardotte, etc., l’auteur a recensé une cinquantaine de cépages dans les archives et les cadastres.

Photo : La vigne de la Place de la Victoire à Bordeaux est la plus ancienne vigne de Bordeaux. De cépage Burdigala (ou Tchacouli), elle a été plantée à la fin du XVIII e siècle (Photo Alexandre Marsat)

2- Une nurserie géante de poissons découverte en Antarctique

60 millions de nids et des dizaines de milliards d’œufs de poissons ! On peut en effet parler de nurserie géante. C’est même la plus vaste colonie de reproduction connue jusqu’alors. La découverte a été réalisée dans la mer de Wendell,  dans les eaux froides de l’Antarctique. Repérés à plus de 400 mètres de profondeur, ces nids appartiennent au Poisson de glace de Jonah. Répondant au nom scientifique Neopagetopsis ionah, il est adapté aux températures froides. Le Muséum national d’Histoire naturelle brosse le portrait des poissons des glaces : « Les 17 espèces que compte cette famille ont toutes une panoplie de bizarreries. La première est la présence de protéines antigel dans le sang. (…) Autre étrangeté, ce sont les seuls vertébrés à présenter un sang incolore : en l’absence de globules rouges, le dioxygène diffuse passivement dans les tissus ! »

Les scientifiques ayant participé à l’expédition qui a permis cette découverte avec brise-glace d’exploration allemand Polarstern estiment que la colonie s’étend sur pas moins de 240 kilomètres carrés. Leur recherche vient de faire l’objet d’une publication dans la revue scientifique Current biology.

3- Un hibou arctique prend ses quartiers d’hiver à Washington

Le harfang des neiges plane sur la capitale des États-Unis d’Amérique. Ce hibou a été rendu célèbre par la saga Harry Potter. Le jeune magicien s’est vu offrir une chouette (Hedwige) harfang des neiges par Hagrid pour son anniversaire qui ne le quittera plus. C’est une histoire tout aussi belle qui est rapportée par Sciences et Avenir. Comme il est extrêmement rare de voir cette espèce descendre autant vers le sud pour sa migration hivernale, elle suscite un engouement extraordinaire dans la population de Washington. A lire ici.

Alexandre Marsat