Des actus (positives) : traitement prometteur contre un cancer du sein ; Des rubis et des saphirs pleuvent sur une exoplanète

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Un traitement prometteur contre un cancer du sein particulièrement agressif

L’étude publiée fin mars dans la revue scientifique dans de The New England Journal of Medicine offre des perspectives optimistes pour le traitement du cancer du sein. Plus spécialement pour les cancers dits HER2+ qui représentent jusqu’à 20% des cancers. C’est le plus fréquent et aussi le plus meurtrier. Comme l’explique l’Assurance maladie : « Cette protéine se trouve à la surface des cellules mammaires et stimule leur croissance. S’il y a une quantité excessive de protéine HER2, on dit que la tumeur est HER 2 positive. Dans ce cas, elle nécessite un traitement particulier, ciblant spécifiquement cette protéine ».
Or, ce cancer qui prolifère rapidement est moins sensible à la mort cellulaire. Pire, il est « non résécable ce qui signifie que ce dernier ne peut pas être retiré par une chirurgie », comme le souligne le site elle.fr.
Aujourd’hui, il est traité avec le trastuzumab (appelé aussi herceptin) parfois combiné avec la molécule emtansine ou  enfin avec deruxtecan en troisième intention de traitement.
L’essai clinique Destiny-Breast03 mené auprès de 524 femmes par une équipe internationale a décidé de comparer ces deux molécules (emtansine et deruxtecan) associées à trastuzumab.

Le résultat de l’essai montre que « le pourcentage des patientes qui étaient en vie sans progression de la maladie à 12 mois était de 75,8 % avec le trastuzumab deruxtecan et de 34,1 % avec le trastuzumab emtansine. Et Le pourcentage de patients vivants à 12 mois était de 94,1 %  avec le trastuzumab deruxtecan et de 85,9 % avec le trastuzumab emtansine », comme le présentent les chercheurs dans leur étude.

2- Des rubis et des saphirs pleuvent sur une exoplanète

En cette période de giboulées, nous sommes toujours étonnés de voir tomber de la grêle. Sur l’exoplanète WASP-121b, c’est un phénomène météorologique bien plus surprenant qui se produit. Des saphirs et des rubis tombent du ciel ! Très (trop) proche de son étoile, WASP-121b en fait le tour en 30 heures ce qui lui vaut de subir de violentes conséquences.

Températures de 3000 degrés du côté de son « soleil » et froid de l’espace de l’autre, marées destructrices, vents de 18.000 km/heure, etc.  Ces derniers « convoient un tas d’éléments, vaporisés par la chaleur régnant sur la face éclairée. Des études précédentes avaient déjà révélé la présence de métaux lourds dans l’atmosphère tels que du fer, du chrome, du magnésium et de l’aluminium ainsi que des molécules d’eau » comme l’explique Sciences et Avenir.

Et grâce au télescope Hubble, une nouvelle particularité a été découverte pour cette exoplanète : des rubis et des saphirs peuvent se former avec les éléments métalliques présents dans son atmosphère. Et donc tomber en pluie…
Votre rêve de faire fortune restera toujours un rêve car cette planète se situe à 850 années-lumières de la Terre.

Alexandre Marsat