Des actus (positives) : les champignons auraient un langage, Les réunions abaissent la productivité, La loutre est de retour dans les Deux-Sèvres

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Les champignons échangent entre eux

Les sous-bois ne sont pas aussi silencieux que l’on pourrait croire. Sous les feuilles et les fougères, les champignons s’adonneraient à des échanges assimilés au langage humain avec une cinquantaine de « mots » si on en croit une étude publiée dans Royal Society Open Science.
Les chercheurs y expliquent qu’en « supposant que les pics d’activité électrique sont utilisés par les champignons pour communiquer et traiter les informations dans les réseaux de mycélium, nous regroupons les pics en mots et fournissons une analyse de la complexité linguistique et informationnelle de l’activité de pic fongique ».

Ces signaux électriques sont considérés comme une méthode de communication entre eux et les scientifiques ont distingué 50 signatures électriques qu’ils n’hésitent pas à comparer à nos « mots ».
A lire aussi dans Trust my Science.

2- Les réunions abaissent la productivité

C’est une bonne nouvelle pour tous les salariés qui en ont assez des réunions interminables, à répétition et… répétitives. Vous voyez de quoi je parle, n’est-ce pas ? La fameuse réunion qui se multiplie avec les visio alors qu’un seul email aurait pu la remplacer…
Une étude publiée dans MIT Sloan Management Review va nous donner des arguments pour mettre fin à ces trop nombreuses réunions. Le principal argument qui pourra être entendu par vos managers est la productivité.

La bien nommée étude « L’impact surprenant des jours sans réunion » est l’analyse menée dans 76 entreprises de plus de 1000 salariés dans le monde entier où une journée par semaine était interdite aux réunions même à deux personnes. Résultats ? « Lorsqu’un jour sans réunion par semaine a été introduit, l’autonomie, la communication, l’engagement et la satisfaction se sont tous améliorés, ce qui a entraîné une diminution de la microgestion et du stress, ce qui a entraîné une augmentation de la productivité. »
De quoi revoir nos organisations de travail avec le télétravail où comme le souligne l’étude « la fréquence et la durée des réunions ont régulièrement augmenté pour compenser la perte d’interactions en personne ».  Quand on sait que dans le tertiaire, on passe jusqu’à 85% de notre temps en réunions, on comprend comment cela peut nuire à la productivité et à l’épanouissement professionnel.
Voilà, vous avez maintenant quelques arguments pour vos managers.

3- La loutre est de retour dans les Deux-Sèvres

Animal emblématique de nos marais, la loutre d’Europe avait disparu de nombreux territoires. Celle qui occupait toute le continent européen jusqu’au XXème siècle est passée d’une population de 50.000 à 1.500 en 1980. Victime de piégeage pour sa fourrure puis de la pollution et de la destruction des zones humides, des plans de sauvegarde ont été initiés. C’est le cas dans la Vallée du Thouet où le syndicat mixte s’est inscrit dans « l’action nationale des havres de paix pour la loutre ».

La Nouvelle République qui présente cette bonne nouvelle précise : « un havre de paix pour la loutre est un site en bordure de cours d’eau où les conditions d’accueil pour la loutre sont garanties. L’objectif est de maintenir ou de créer et d’optimiser les zones de végétation, les gîtes potentiels et d’éviter la surfréquentation des sites pour éviter de les déranger ».
Les efforts ont déjà payé puisque les naturalistes ont pu observer sa présence en bord du Thouet.
Le territoire des Deux-Sèvres est donc à nouveau un refuge pour les loutres puisque ce retour de la loutre dans la Vallée du Thouet fait suite à celui constaté dans le Parc naturel régional du Marais poitevin comme nous l’évoquions l’an dernier à la même époque dans Curieux.live.

Texte et photo : Alexandre Marsat