Qui dessine les cartes ?

Sésame indispensable pour ceux qui détestent être contrôlés par une petite voix tout comme demander leur chemin, la carte est le fruit d’une très longue évolution, depuis la préhistoire : il n’est pas impossible que certains dessins dans des grottes soient des représentations du territoire alentour. Pas simple à plier…

Les Égyptiens et les Chaldéens furent les premiers à dessiner de vraies cartes avant les Grecs, qui ont considérablement fait avancer le Schmilblick en se posant les premiers la question qui tue : comment fait-on pour dessiner à plat un terrain rond ? Ils la résolurent (en partie) en reportant méridiens et parallèles. Alors, entre Ératosthène (au IIIe siècle avant J.-C.), qui a calculé presque exactement la longueur d’un méridien, et Ptolémée, dont les cartes de la Méditerranée dessinées scientifiquement au IIe siècle étaient encore utilisées au XVIIe siècle, on a des clients, question géo…

Il faudra attendre le XVIe siècle et la création de la géodésie ainsi que le travail des géomètres pour que les cartes s’améliorent. Jusqu’alors, les carto- graphes dessinaient leurs œuvres d’après ce qu’on leur rapportait ou, plus rarement, d’après ce qu’ils observaient eux-mêmes, d’où des formes un peu folkloriques. L’application des mesures astronomiques fin XVIIe -début XVIIIe siècle fait entrer la cartographie dans le domaine de la précision, et les Cassini dessinent de 1750 à 1791 une carte de France considérée comme la première carte moderne.

Avec l’aviation, c’est un pas qui est franchi puisqu’on peut prendre du recul par rapport au terrain, et, avec le spatial, c’est encore plus précis. Aujourd’hui, quatre avions de l’Institut géographique national photographient chaque année un tiers du territoire. Les clichés sont ensuite visionnés sur des écrans 3D pour avoir le relief puis comparés à la base des données existantes (dont certaines héritées des siècles précédents), complétés par les relevés de terrain des géomètres et topographes (pour ce qui est invisible d’en haut : sentiers dans les bois, limites administratives…). Les cartes sont ensuite dessinées à l’ordinateur par des dessinateurs-cartographes. Longtemps, elles le furent à la main. Ce qui n’a jamais changé, c’est la galère pour les plier.

Jean-Luc Eluard