Des actus (positives) : Les dauphins se reconnaissent en goutant l’urine ; Des lycéens inventent un filtre contre le plomb ; Adaptation métabolique face aux températures

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Les dauphins se reconnaissent en goutant l’urine

Est-ce que vous trouverez les dauphins toujours aussi mignons après la lecture de cette actu, c’est à voir… Le mammifère marin reconnaît ses congénères grâce à leur urine. Non pas à l’odeur comme le font un très grand nombre d’animaux mais à leur gout.
Oui, oui, ils goutent l’urine de l’autre pour le différencier. C’est peu ragoutant pour l’animal hygiéniste que nous sommes mais imaginez-vous sentir facilement l’urine dans un océan…

Alors, les dauphins n’hésitent pas à gouter l’urine. Pourquoi ? Cela leur permet donc de reconnaître un congénère mais surtout de savoir si c’est un ami. Car le dauphin, rappelons-le, est un animal social et il vit en groupe.

Cette découverte est le résultat d’observations réalisées en bassin par le Scottish Oceans Institute de l’Université de St. Andrews. Les chercheurs qui ont publié le résultat de leur recherche dans la revue scientifique Science advances précisent : « Dans l’océan, il est difficile de retrouver les autres, et entendre ou sentir via le goût un individu familier est un indicateur important ».

Voici une nouvelle découverte qui permet de mieux comprendre l’environnement social complexe des dauphins. En septembre dernier, nous présentions déjà une découverte du même institut : la reconnaissance par sifflement des dauphins qui apprennent dès leur jeune âge à siffler leur prénom.

2- Des lycéens inventent un filtre low-cost contre le plomb

On sait que la nouvelle génération est très mobilisée pour lutter contre le changement climatique et la pollution. Et au-delà des manifestations, ces jeunes passent aussi aux actes. C’est le cas de cette classe d’un lycée de la banlieue de Washington. Les lycéens ont répondu au défi lancé par leur professeure de science pour les garder motivés pendant l’enseignement à distance : créer un filtre contre le plomb dans l’eau. Et ce à bon marché.

La classe de Rebecca Bushway y est parvenue grâce à des imprimantes 3D. Le filtre s’accroche au robinet et retient le plomb de manière aussi simple qu’efficace comme l’explique l’AFP : « exposer le plomb dissous dans l’eau à une poudre de phosphate de calcium, qui produit un phosphate solide de plomb restant à l’intérieur du filtre ».

Une solution low-cost qui pourrait séduire nombre de foyers exposés au plomb notamment à cause des canalisations au plomb.

3- Face aux températures, le corps bénéfice d’une adaptation métabolique

L’écran de votre smarphone s’adapte à la lumière ambiante et quand la batterie est presque vide, il s’économise. Bijou de la technologie ? Bien entendu mais savez-vous que le corps humain est capable de la même innovation ? C’est ce que dévoile une étude publiée dans la revue elifescience. Face aux températures trop chaudes ou trop froides, le corps initie une adaptation métabolique. Sciences et Avenir qui a repéré l’étude réalisée par des scientifiques suisses et allemands explique : « le corps entier serait concerné par un processus de reprogrammation des gènes, qui s’expriment plus ou moins intensément selon les besoins de l’organisme. »

Reste que le réchauffement climatique peut avoir des effets délétères pour la santé et notamment celle des plus fragiles.

Alexandre Marsat