Pourquoi la cagouille bave-t-elle ?

Elle parvient à se mouvoir dans une longue étreinte avec les pierres de la terrasse. Si longue que l’on se demande si elle parviendra à atteindre l’herbe verte et humide qu’elle semble vouloir viser avec ses antennes, à défaut de la toucher. De cette étreinte, demeure derrière elle une bave peu ragoutante bien que luisante, dans laquelle elle semble coincée.
Et pourtant, c’est grâce à cette dernière que la cagouille arrive à se déplacer.

Cagouille pour les Charentais ou escargot pour les autres (disons « petit gris » pour être précis), elle fait partie de la très nombreuse famille des mollusques. Et plus particulièrement des gastéropodes. Comme son nom l’indique, son pied se situe au niveau de son ventre. Pas facile de se déplacer en rampant sur son ventre, direz-vous.
C’est là que la bave intervient.

Produite par différentes glandes, elle permet à l’escargot de faciliter son déplacement en rendant la surface glissante, ou de grimper à la verticale et même de tenir à l’envers. Car il est plus juste de parler de mucus que de bave. Plus épais, il permet à la fois la glisse et la fixation.

Une crème à la bave d’escargot

Ce mucus n’a pas comme seul objectif de faciliter la locomotion. Comme l’explique Laurent Charles, du Muséum d’histoire naturelle de Bordeaux, « le mucus va jouer le rôle de régulateur thermique. Par évaporation, il permet à l’escargot de se refroidir. » Car l’escargot ne supporte pas les températures élevées et les milieux secs.

C’est pourquoi, il préfère sortir pendant la nuit ou après une averse. Le reste du temps, il va chercher des conditions plus favorables dans la terre ou caché sous des feuilles. Là aussi, le mucus lui sera utile. A l’ouverture de la coquille, l’escargot se crée un film protecteur sec, l’épiphragme, qui le protégera et limitera la déshydratation.

Et cette bave a d’autres atouts. Elle est utilisée en cosmétique pour ses différentes propriétés. Parmi celles-ci, citons les glycoprotéines ou l’allantoïne, enzyme produit par l’escargot pour réparer sa coquille, qui sont utilisés pour soigner les brûlures et les coupures ou en crème antivieillissement.

De même, le réputé collagène ou l’élastine, présents chez l’escargot favorisent l’élasticité de la peau.

Maintenant, les gourmets qui préparent des cagouilles pourront dire aux plus réticents de leurs convives qu’ils se sont certainement passé de la crème à la bave d’escargot avant de venir…

Alexandre Marsat

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest.