Cognac : le dernier bastion du papillon Azuré du thym

Selon la liste rouge des Rhopaloceres du Poitou-Charentes, 28 espèces de papillons diurnes sont menacées de disparition. Zoom sur l’Azuré du thym… dont seule une petite population résiste encore près de Cognac.

Nous sommes en 2019 après Jésus-Christ. Tous les représentant d’une espèce de papillons diurnes appelée l’Azuré du thym ont disparu en Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne. Tous ? Non ! Une dernière poche de résistance subsiste encore aux portes de Cognac. Cette petite population d’Azuré du thym (Pseudophilotes baton), découverte en 2009, survit tant bien que mal « sur une mosaïque de pelouses calcaires », signale David Suarez, chargé de mission au sein de l’association Charente Nature qui a contribué à l’élaboration de la Liste rouge des Rhopaloceres (nom savant des papillons diurnes) du Poitou-Charentes.

 

L’Azuré du thym tire son nom de sa plante hôte. Les femelles y pondent leurs œufs et les chenilles s’en nourrissent ensuite. PHOTOS DR / Paulin Mercier

La dernière population d’Azuré encerclée

La résistance héroïque de cette dernière population d’Azuré du thym est sans doute vaine. Car le morcellement de son habitat (lié à la consommation frénétique d’espaces naturels au profit de zones d’activités, de routes et de constructions humaines) lui laisse peu de chances. Ce, même si certaines des parcelles sur lesquelles elle se maintient encore appartient au Conservatoire Régional des Espaces Naturels (CREN) de Poitou-Charentes.

« Au mieux, cette petite population va se maintenir quelques années, mais elle ne pourra pas augmenter, car elle n’est pas en mesure de coloniser d’autres milieux ». Son isolement génétique la rend également très vulnérable face aux modifications de l environnement.

Ce petit papillon fréquente les pelouses et landes sèches présentant une végétation rase et clairsemée, où poussent les thyms, notamment le Thym serpolet.

Chronique d’une disparition annoncée

« Il est hélas possible que cette population disparaisse à court terme » pronostique Florian Doré, chargé de mission au sein de l’association Deux-Sèvres Nature Environnement. Depuis les années 60, l’Azuré du thym connaît en effet un déclin que rien ne semble pouvoir arrêter. « L’espèce a déjà disparu des départements de Charente-Maritime, des Deux-Sèvres, et de la Vienne », victime non seulement de l’artificialisation des sols, mais aussi des changements de pratiques agricoles.

« Cette espèce affectionne en effet les pelouses sèches écorchées, favorisées par l’agro-pastoralisme lui aussi en déclin…. » se désole l’entomologiste. A moins d’un changement de cap ultra-rapide de nos pratiques, l’Azuré du thym pourrait bientôt rejoindre le Chiffre (Argynnis niobe), l’Hermite (Chazara briseis) et l’Hespérie de la Bétoine (Carcharodus floccifer), au Panthéon des espèces déjà portées disparues en Poitou-Charentes.

Alexandrine Civard-Racinais

 

Papillons sur liste rouge

L’azuré du thym n’est pas le seul papillon diurne en danger critique d’extinction. Depuis plusieurs décennies, la dégradation générale des milieux naturels (zones humides, pelouses sèches, bocage, plaine…) a fortement impacté les papillons de Poitou-Charentes. D’après la Liste Rouge des Rophalocères du Poitou-Charentes, en 2019, 24 % des 122 espèces sauvages de papillons diurnes étudiées sont ainsi menacées de disparition à des degrés divers. Sur les 28 espèces concernées, plusieurs sont des azurés.