Open-space : « Silent space » met en sourdine le bruit

La société Orfea développement basée à Brive-la-Gaillarde a développé une solution acoustique pour répondre à une demande grandissante : la lutte contre le bruit dans les open-space !

Le bruit est la première cause de gêne au travail. Et le problème est encore plus prégnant lorsqu’il s’agit de partager des bureaux avec des collègues qui parlent un peu trop fort. Les espaces de travail ouverts sont devenus très tendance dans les métropoles pour limiter le coût des loyers. Les entreprises ont multiplié ces aménagements au point qu’aujourd’hui, 60% des salariés européens sont concernés avec, certes des avantages comme le gain de place et le travail en équipe, mais aussi des inconvénients à commencer par les nuisances sonores.

Subir au quotidien les conversations des collègues génère stress, perte de concentration et d’efficacité, démotivation, baisse de productivité et absentéisme. Selon une étude EY publiée en 2016, le coût de cette perte de productivité pour les entreprises françaises atteint 18 milliards d’euros par an !

Crédit photo : ORFEA

Un signal pour brouiller la parole

Spécialisée dans l’expertise sonore, la société corrézienne Orfea Acoustique (51 salariés) via sa filiale Orfea Développement (5 salariés) basée à Brive-la-Gaillarde a mis au point la solution connectée « Silent space » qui améliore les conditions de travail dans les open-space. Ce dispositif de masquage sonore connecté et nomade brouille la parole, donc l’intelligibilité des conversations voisines, et recrée une ambiance propice au travail.

En effet, « Silent space » diffuse un signal neutre et doux qui améliore le confort acoustique de chaque poste de travail et le bien-être des utilisateurs. Trois ans de R&D ont été nécessaires et 500.000 € investis.

« Ce projet est né de la problématique de nos clients, particulièrement dans le domaine bancaire explique Frédéric Lafage, directeur. La prise en compte du bruit augmente dans les entreprises. Les vrais vertus des open-space sont évidentes en mode de travail collaboratif avec 8 à 9 m² par salarié comme dans les centres de relation clients où les gens communiquent entre eux. Cela ne fonctionne pas lorsque les gens travaillent individuellement et lorsqu’ils sont dans deux dans 3 m².»

« Silent space » est basé sur le principe physique de la réduction de l’intelligibilité de la parole. Un contrôleur mesure et enregistre en permanence le niveau sonore. Il contrôle des boîtiers qui diffusent un signal non intrusif très neutre brouillant la compréhension de la parole au-delà de cinq mètres. Grâce à une appli sur smartphone, on peut visualiser l’évolution du niveau sonore dans la journée dans chaque zone équipée. Une cinquantaine de sites de 100 m² à 6 000 m² sont déjà équipés.

La version actuelle intègre la qualité de l’environnement sonore individuel grâce à un indicateur lumineux créant ainsi une prise de conscience. Les utilisateurs peuvent alors baisser d’un ton s’il vire à l’orange ou au rouge.

Corinne Mérigaud