Quand le Samu sauve des vies avec l’appel vidéo

Voilà une application qui va changer la prise en charge des blessés. Depuis quelques semaines, le Samu de Limoges utilise Urgentime pour voir l’état des blessés qui appellent le 15.

Anthony Tabuyo, un jeune niçois victime d’un accident de moto il y a sept ans a réfléchi à un dispositif de vidéotransmission après avoir frôlé la paralysie durant son transport à l’hôpital, faute d’avoir été secouru par une équipe spécialisée.

Le conducteur qui l’avait renversé n’avait pas su décrire la gravité de ses blessures. Alors il s’est mis au travail pendant cinq ans sur le développement d’Urgentime. Avec cette solution, un médecin régulateur du Samu peut accéder au smartphone de la victime ou d’un de ses proches. Grâce à la caméra intégrée, il voit la scène de l’accident et l’état de la victime.

Contrairement à Facetime, Skype ou Messenger, il n’y a pas d’appli à télécharger mais un smartphone et une bonne connexion Internet sont indispensables. Le médecin envoie simplement un sms à la victime ou à un proche qui clique sur le lien et accepte l’appel vidéo.

Le Samu de Limoges est équipé depuis fin avril 2020 ainsi que les services d’urgence de Nouvelle-Aquitaine. « Nous faisons comme d’habitude la régulation médicale en envoyant les moyens sur place, explique le Dr Dominique Cailloce, responsable du SAMU de Limoges, et après le départ d’une équipe SMUR, alors que les proches sont moins anxieux, je rappelle la personne avec Urgentime. Nous pouvons ainsi parler dix minutes. Il est possible de géolocaliser la victime qui ne sait pas toujours où elle se trouve suite à un accident de la route en accédant à Google Maps depuis son téléphone. » Cet outil est très simple d’utilisation et rassure les blessés.

samu

En service depuis quelques semaines au Samu de Limoges, Urgentime est une aide à la prise de décision pour les médecins régulateurs.

Une utilisation qui va monter en puissance

La crise sanitaire a accéléré le déploiement de cette solution de vidéotransmission, le ministère de la Santé a souhaité que chaque Samu de France soit doté d’un tel outil pour faire un télédiagnostic des patients en situation d’urgence qui appelaient le 15.

Tous les appels ne peuvent être traités en Urgentime car leur nombre est trop important. Les médecins régulateurs de Limoges l’utilisent deux à trois fois par semaine, l’objectif étant d’y recourir deux à trois fois par jour lorsque les assistants médicaux de régulation seront formés . « Dernièrement, un pompier m’a appelé car son fils était groggy après une chute de balançoire, j’ai pu le voir et le rassurer commente-t-il. J’ai eu le cas d’un homme piqué par des abeilles qui faisait un malaise, les pompiers ne savaient pas s’il fallait envoyer un SMUR. »

Urgentime peut contribuer à sauver des vies mais aussi à éviter des déplacements inutiles.

 

Corinne Mérigaud