Bruit : comment bien protéger son audition ?

Environ 40% des Français disent être gênés par le bruit et 13 % sont exposés à des bruits trop élevés. Espace de travail, fêtes, bruits intenses et soudains, etc. les effets peuvent être néfastes. Alors comment préserver son audition… le plus longtemps possible

L’accroissement des sources de bruit, plutôt que d’y habituer ceux qui y sont soumis, les ont rendus plus sensibles encore à la multitude des nuisances sonores. De fait, selon les critères de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 13% des Français sont exposés à des sources de bruits trop élevés dans leur vie personnelles.

Au travail, avec la multiplication des open-space, ce ne sont plus seulement les ouvriers qui sont exposés aux sources de bruits mais aussi les employés des bureaux. De fait, plus d’un actif sur deux (58%) déclare être gêné par le bruit dans son activité professionnelle. Environ 900 personnes par an deviennent sourdes à cause d’un bruit trop fort au travail mais nombre d’accidents du travail proviennent aussi du masquage des signaux d’alerte.

Fatigue et déconcentration

Moins grave mais plus fréquent, il y a aussi la fatigue nerveuse générée par le brouhaha permanent. Une étude de 2011 auprès de lycéens testés dans différentes situations de travail montrait sans grande surprise que le calme leur permettait d’être plus efficaces. Mais ceux qui perdent le moins d’efficacité dans le bruit sont les plus extravertis.

Selon les auteurs de la recherche, les bruits extérieurs concurrencent ceux que l’on a dans la tête lorsqu’on « se parle » intérieurement pour se concentrer. Il est possible aussi que le cerveau entre en situation de conflit entre le traitement de l’information venant des bruits extérieurs et celui de la tâche à effectuer.

Au delà de cet aspect psychologique, il y a aussi des conséquences physiques liées tant à l’intensité qu’à la durée des bruits. Un bruit supérieur à 100 décibels (concert, marteau-piqueur…) endommage l’oreille en quelques minutes. Un son de 85 décibels (un bébé qui hurle, une rue bruyante…) est supportable quelques heures. Au bout de quelques années, il entraîne lui aussi une destruction des cellules ciliées de l’oreille, indispensables à l’audition, peu nombreuses et qui se renouvellent très peu.

Pour préserver son capital auditif, il faut dès le plus jeune âge éviter les bruits trop forts. Même si beaucoup nous sont imposés, on peut choisir d’écouter  sa musique ou sa télé plus doucement. Évitons aussi les écouteurs… ou préférons-leur les casques.

Il importe aussi d’avoir une bonne hygiène et d’éviter d’abuser des cotons-tiges qui peuvent endommager l’oreille. De même, il ne faut pas oublier de se sécher les oreilles pour éviter l’apparition de bactéries.

Jean-Luc Eluard

 

 

Avec le soutien de L’ARS Nouvelle-Aquitaine et de la région Nouvelle-Aquitaine.