Le chasseur préhistorique était… une chasseuse

L’analyse des ossements d’un chasseur préhistorique découvert en 2018 vient de dévoiler qu’il s’agit d’une femme ! Cette chasseuse âgée de 9000 ans nous interroge sur la vision androcentrée de l’Homme préhistorique. Et si nous parlions de Femme préhistorique ?

Les femmes s’occupent des enfants, les hommes rentrent du bureau le soir. Et, à la préhistoire, les femmes sont dans la grotte, quand les hommes ramènent le gibier après des heures de chasse pénibles.
Cette vision très stéréotypée de l’homme moderne sur ce qu’est l’homme préhistorique (et non la femme préhistorique d’ailleurs) est clairement une vision androcentrée.

A défaut de faire changer les esprits des chercheurs majoritairement masculins en préhistoire dès le XIXe, la recherche pourrait permettre au grand public d’avoir une nouvelle approche des rôles sociaux lors de cette longue période. Ainsi, la découverte d’ossements de chasseur vieux de 9.000 ans montre que la préhistoire n’avait pas une division sexiste du travail.
Découvert en 2018, dans les Andes au sud du Pérou, sur le site archéologique de Wilamaya Patjxa, National Geographic nous apprend que la sépulture de ce chasseur « abritait aussi un important et impressionnant ensemble d’outils en pierre ». Et de se remémorer non sans malice : « « Il devait être un excellent chasseur, une personne très importante au sein de la société », ont pensé l’archéologue et son équipe au moment de la mise au jour de la sépulture ».

Or l’analyse des ossements, dont l’étude a été publiée mercredi 4 novembre dans Science advances, a permis de découvrir qu’il s’agissait d’une femme. Et si les chasseurs-cueilleurs étaient aussi des chasseuses-cueilleuses…

« Les premiers préhistoriens anthropologues étaient tous des hommes »

Le mois dernier, à l’occasion de la sortie de son livre L’homme préhistorique est aussi une femme (Allary éditions), la paléontologue du CNRS Marylène Patou-Mathis expliquait justement à France Culture  : « Les premiers préhistoriens anthropologues étaient tous des hommes. Donc ils ont calqué sur le mode de vie des préhistoriques, leur système de pensée, leur société à eux. Et donc ils ont fait des femmes préhistoriques qui étaient dans la grotte avec des enfants, et qui attendaient le retour du chasseur.  Et bien entendu, l’homme c’est toujours le héros, et c’est lui qui va à la chasse au mammouth, et c’est lui qui taille les silex, c’est lui qui peint Lascaux… »

Camille Crosnier, journaliste à la Tête au carré répondait le 30 octobre dans son Edito au carré : Oui, Il s’agit de clichés diffusés sur la Préhistoire. Est-ce que vous savez qu’il a fallu attendre le début de notre siècle, le XXIème, pour que la femme apparaisse en tant que sujet dans les livres sur la Préhistoire, après avoir été des années l’être faible, dépendant… invisible, en fait, face à l’homme fort et créateur ? »
A voir et écouter ci-dessous :

Alexandre Marsat

Photo de couverture par Jack Versloot , CC 2.0