Vaccin covid-19 : des polémiques sur la logistique à travers toute l’Europe

La vaccination a commencé à grande échelle. Plus ou moins grande, en fait. Problèmes logistiques, retards hospitaliers, etc., les ratés sont nombreux. Mais vaccination ou pas, la recherche se poursuit et pourrait avoir trouvé un remède… dans le vin

Allemagne, Belgique, Suisse, États-Unis, Grande Bretagne, Pays-Bas : Des débuts de vaccination contrastés

Depuis mi-décembre dans certains pays et la fin 2020 dans la plupart, la campagne de vaccination a débuté, non sans quelques accrocs. C’est ainsi que la Belgique a découvert qu’elle n’avait reçu que la moitié des doses commandées à Pfizer (300 000 contre 600 000) à cause d’un problème de logistique. Même souci de logistique et de préparation aux Pays-Bas qui n’ont commencé leur campagne que le 6 janvier. Le démarrage a été avancé face au mécontentement de la population.

En Suisse aussi, on s’aperçoit qu’il manque des vaccins. Ici, c’est un retard de prévision : le gouvernement fédéral ne pensait pas que le vaccin de Pfizer serait prêt si vite. Il n’avait donc fixé le début de la vaccination qu’à partir de février. En outre, s’il a bien prévu un nombre suffisant de vaccins, il en a réservé la moitié auprès de Moderna qui arrive plus tard. En Allemagne, il y a aussi quelques grincements de dents pour la lenteur du processus mais 400 000 personnes ont été vaccinées alors que la France n’en était encore qu’à 600.

Premier grand pays occidental à avoir vacciné, la Grande-Bretagne veut encore accélérer le rythme. Alors que le pays est entré dans un confinement dur, 1,3 million de personnes ont reçu une première dose. L’objectif est d’atteindre 13 millions à la mi-février. De gros doutes persistent sur le réalisme de ce pronostic.

Aux États-Unis, plus de deux-tiers des doses livrées sont toujours inutilisées à cause de la lenteur du processus. Les gouverneurs de New York et de Floride ont menacé de pénaliser les hôpitaux qui prennent trop de retard. Au Wisconsin, un pharmacien persuadé que le vaccin allait entraîner des mutations génétiques et un effondrement a jeté des doses pour 500 personnes. Il est en prison.

Enfin, le Japon ne doit commencer à vacciner qu’en février les plus vulnérables et avril le reste de la population. Mais un scandale a éclaté lorsqu’on a appris que 18 chefs de grandes entreprises et leur familles s’étaient fait secrètement inoculer le vaccin chinois dans une clinique.

États-Unis : Le vin contre la Covid ?

Des extraits bruts de thé vert, de cacao et de raisin (et donc de vin) seraient capables de limiter la multiplication du virus à l’intérieur du corps. Selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Caroline du Nord, les flavanols et les proanthocyanidines (deux familles de flavonoïdes) présents dans ces aliments gênent la multiplication du virus et la manière dont il se fixe sur les cellules humaines. Ils agissent en se liant à la protéase Mpro du virus. Cette piste de soin avait déjà été avancée en avril dernier et considérée comme prometteuse face à un virus qui n’a pas de médicament spécifique.

Monde : La variante s’étend

La variante VOC-202012/01 du virus, détectée au Royaume-Uni le 14 décembre 2020, est signalée dans 41 pays au 5 janvier 2021. De même, la variante sud-africaine (501Y.V2) serait présente de manière certaine dans six autres pays. Ces deux mutations du virus sont 70% plus facilement transmissibles, même si elles ne sont pas plus virulentes. Mais pour la première fois en Géorgie, on a détecté la variante britannique sur un patient qui n’avait pas voyagé ni été en contact avec quelqu’un revenant de Grande-Bretagne.

Jean-Luc Eluard