Tour du monde Covid-19 : l’Inde attend la troisième vague et les scientifiques craignent un trop grand optimisme

Partout, les scientifiques mettent en garde contre un trop grand optimisme. En mettant l’accent sur la vaccination. L’Inde, elle, attend la troisième vague du virus alors que la deuxième n’est pas encore terminée

1- Inde : Comprendre les vagues

Après une deuxième vague du virus particulièrement meurtrière, les Indiens essaient actuellement de savoir quand la prochaine va frapper. L’AIIMS (université de médecine de Delhi) a mis au point des modélisations mathématiques qui soulignent qu’avec un creux de six mois entre deux vagues jusqu’à présent, la prochaine pourrait frapper le pays d’ici octobre. Elle souligne que ce pourrait être même d’ici six à huit semaines si les gestes barrières ne sont pas respectés dans l’intervalle. Elle remarque aussi que la durée du creux de vague est différente d’un pays à l’autre et dépend de la couverture vaccinale, des comportements et des variants.

Par comparaison, la grippe espagnole avait frappé en trois vagues, la deuxième étant la plus meurtrière. Mais si les Indiens ne se font aucune illusion sur la certitude d’une troisième vague, ils soulignent aussi qu’une fois qu’une immunité collective aura été atteinte (par vaccination ou maladie), la Covid deviendra une maladie saisonnière au même titre que le H1N1 qui ne frappe plus que durant la mousson et l’hiver.

2- Allemagne : Sans masque, le retour de l’épidémie ?

Un abandon général du port du masque pourrait raviver la pandémie estiment des chercheurs du Max Planck Institut. Selon eux, si nous reprenons une vie normale, nous nous retrouvons de fait comme avant l’arrivée du coronavirus. Et comme les variants sont plus contagieux, « pourquoi la pandémie ne reprendrait-elle pas ? » soulignent-ils.

3- Chine : 24 nouvelles formes coronavirus…

Des chercheurs chinois de Shandong ont découvert 24 formes différentes de nouveaux coronavirus chez plusieurs espèces de chauves-souris. Ils les ont relevés entre mai 2019 et novembre 2020 en analysant urine et excréments des animaux. Tous ces virus ne sont pas forcément dangereux puisqu’un coronavirus est défini comme « un virus qui cause des maladies légères à modérées du système respiratoire ».

Mais au moins un de ces virus est génétiquement proche du Sars-Cov-2. Cela montre que des virus continuent de circuler abondamment dans certaines régions. Et qu’il est logique qu’ils passent parfois à l’homme. Cette étude arrive après que les États-Unis ont relancé la piste de l’accident de laboratoire pour expliquer la pandémie actuelle.

4- Russie : Pas de vaccin = virés !

Les entreprises russes ont désormais le droit de licencier sans indemnités tous les salariés qui ne seront pas vaccinés. Seule condition : que les autorités régionales aient bien listé leur métier parmi ceux qui ont le droit d’être vaccinés. Avec 60% de réfractaires à la vaccination, les Russes sont parmi les populations les moins avancés dans le processus. Et dans le même temps, le pays est actuellement un des plus touchés.

5- Cuba : Deux vaccins sont prêts

Deux des cinq vaccins développés à Cuba sont sur le point d’être mis sur le marché. Sobarena 02 est efficace à 62% après deux des trois doses prévues. Ce chiffre devrait augmenter après la troisième injection. Mais il est particulièrement encourageant parce que tous les variants actuellement connus ont été pris en compte pour les tests. L’autre vaccin, baptisé Abdala, est efficace à 92,8%. Cuba est le seul pays d’Amérique latine à avoir développé ses propres vaccins.

Jean Luc Eluard