Tour du monde Covid-19 : Le passe sanitaire s’universalise

La France est loin d’être le seul pays à avoir mis en place un passe sanitaire. Le système a gagné l’essentiel des pays du monde. D’une manière différente à chaque fois. Et de manière parfois plus contraignante que dans l’Hexagone

Si le Tadjikistan, le Turkménistan et… le Vatican ont rendu la vaccination obligatoire pour l’ensemble de la population; partout ailleurs, on peut vivre sans vaccin. Mais tout est fait pour inviter les plus réticents à se faire vacciner en compliquant leur quotidien.

1- États-Unis : face aux antivax, « notre patience s’épuise »

Aux États-Unis, Jo Biden a clairement montré du doigt « une certaine minorité qui empêche le pays de sortir de cette crise ». Minorité qui devient majoritaire dans certains états du Sud très pro-Trump. Il a ajouté que « nous avons été très patients. Mais notre patience s’épuise ».

Concrètement, dans les semaines à venir, tous les salariés des entreprises de plus de 100 employés devront être vaccinés ou présenter un test négatif chaque semaine. Toute infraction sera punie d’une amende de 14 000 dollars pour l’entreprise. Cela vaudra aussi pour tous les agents publics ainsi que les employés des entreprises travaillant avec l’État.

Tous les salariés des hôpitaux et cliniques qui reçoivent de l’argent fédéral sont également concernés. En échange, Washington promet d’améliorer la disponibilités des tests.

2- L’Allemagne hausse le ton contre les antivax

Dans plusieurs länder allemands, le chômage partiel qui était versé sans condition en cas de confinement ou de mise en quarantaine pour cas contact ne sera plus versé qu’aux personnes vaccinées. Ceci car « il n’est pas normal que la communauté doive payer pour un risque d’infection désormais évitable ». Dans certains länder, les enseignants doivent être vaccinés ou se faire tester tous les jours. Et les élèves non-vaccinés seront testés trois fois par semaine.

3- Italie, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Australie : green pass et passeport vaccinal essaiment

En Italie, le « green pass » était déjà obligatoire pour les restaurants, cinémas, les stades et les transports en train, bus et avion. Il est désormais obligatoire pour tous les personnels des écoles (mais pas pour les élèves) ainsi que pour les universités (enseignants et étudiants). A compter d’octobre, il le sera également dans les centres de soin et les résidences pour personnes âgées.

En Afrique du Sud, actuellement confinée, l’ouverture progressive ne se fera qu’avec la mise en place d’un passeport vaccinal. Il en va de même au Zimbabwe où les fonctionnaires non vaccinés seront licenciés. Le Canada va également obliger ses fonctionnaires à se faire vacciner.

Même la Nouvelle-Zélande et l’Australie envisagent prudemment des mesures similaires. Peu touchée jusqu’alors, l’Australie connaît actuellement un accroissement des cas. Deux états vont mettre en place un passeport vaccinal pour accéder aux restaurants, salles de sport ou coiffeurs.

Premier du genre, le directeur du principal musée de Tasmanie a mis en place une obligation vaccinale pour son personnel. Il conclut sa longue lettre d’explication en citant Soljenitsyne : « Une société aux droits illimités est incapable de faire face à l’adversité. »

4- Brésil : Un venin contre la Covid-19

Des chercheurs de l’université de Sao Paulo ont découvert que le venin du jararacussu, un serpent dangereux, inhibe de 75% la multiplication du Sars-Cov2. De fait, c’est un premier pas prometteur vers un médicament qui empêcherait le virus de se répandre dans l’organisme.

Leurs recherches portaient sur des cellules animales et ils doivent maintenant passer aux tests sur l’homme. Ils n’ont pas donné de date butoir mais ils précisent que la peptide active est déjà connue pour ses capacités anti-bactériennes. En outre, elle est facilement synthétisable en laboratoire ce qui rendrait inutile la capture ou l’élevage du serpent en question.

Jean Luc Eluard