L’Établissement français du sang recrute activement des médecins et infirmiers en Nouvelle-Aquitaine

L’Établissement français du sang (EFS) manque actuellement de dons de sang mais aussi de personnel, en particulier de médecins et infirmiers. Le docteur Michel Jeanne, directeur de l’EFS Nouvelle-Aquitaine lance un appel et revient sur les enjeux de ces métiers. Interview

Curieux.live : L’EFS manque actuellement de dons de sang et de personnel. Quelles en sont les raisons et conséquences?

Docteur Michel Jeanne : « À l’heure actuelle, comme tout secteur médical, nous sommes victimes d’une pénurie de professionnels de santé. Cela s’est d’abord exprimé dans les petites communes telles Périgueux, Guéret, Brive-la-Gaillarde et Agen. Mais, depuis la crise sanitaire, cela touche également les villes universitaires comme Bordeaux, Poitiers et Limoges.

En raison de la pandémie, les médecins, notamment les jeunes et les retraités, ont été appelés dans les centres de vaccination. Or, faute de personnel, nous sommes contraints d’annuler des collectes de sang. Les réserves sont au plus bas, à un niveau jamais connu. En Nouvelle-Aquitaine, nous disposons actuellement de 6 600 produits sanguins alors que 10 000 sont nécessaires pour un fonctionnement normal. »

 

Curieux.live : Que faire pour remédier au manque de personnel?

Docteur Michel Jeanne : « Nous lançons une campagne de recrutement majeure à destination des médecins et infirmiers et infirmières. Nous souhaitons leur rappeler que l’EFS est un service public et un acteur vital du système de santé français : il contribue à sauver des vies. Ces métiers ont beaucoup de sens car nos collaborateurs ont un rôle clé dans la chaîne transfusionnelle, notamment en transformant le sang en soin. Chaque année, le don de sang permet la prise en charge d’un million de patients. »

 

Curieux.live : Quels sont les missions et atouts de ces métiers au sein de l’EFS?

Docteur Michel Jeanne : « Notre établissement permet un exercice différent du métier de médecin, au sein des prélèvements, intégrant bien sûr des fonctions médicales (entretien pré-don, gestion des informations post-don…) mais également managériales et organisationnelles via notamment la téléassistance médicale en collecte (TMC).
Les infirmier(e)s trouvent à l’EFS une grande diversité d’activités : prélèvement de sang et/ou d’aphérèse, conduite des entretiens pré-don, supervision de collecte dans le cadre de la TMC.

Le Dr Michel Jeanne, directeur de l'EFS Nouvelle-Aquitaine, alerte sur la pénurie de médecins et infirmier(e)s pour collecter, préparer et distribuer les dons du sang. L’EFS lance une campagne de recrutement de ces personnels soignants.

Le Dr Michel Jeanne, directeur de l’EFS Nouvelle-Aquitaine, alerte sur la pénurie de médecins et infirmier(e)s pour collecter, préparer et distribuer les dons du sang. L’EFS lance une campagne de recrutement de ces personnels soignants.

Un point spécifique à ces activités tient au fait que les équipes de prélèvements accueillent des personnes en bonne santé et non des patients, cela peut être moins stressant pour certains. De plus, il n’y a ni gardes de nuit, ni astreintes, ni dimanches travaillés et le statut de salarié est sécurisant.

Nous avons également besoin de médecins pour nos centres de santé (réalisation d’aphérèses thérapeutiques), de techniciens et de biologistes pour les services d’immunohématologie-délivrance.

En outre, l’EFS est un acteur de santé présent partout en France qui offre ainsi la possibilité d’exercer sur différents territoires, la mobilité étant fortement facilitée.
Rejoindre l’EFS c’est contribuer à une mission de service public essentielle et avoir une vie professionnelle épanouissante. »

Propos recueillis par
Florence Heimburger