L’abstinence sexuelle est bonne pour la santé. Vérification des faits

L’abstinence sexuelle est de plus en plus considérée comme bonne dans la vie de tous les jours. Pourtant plusieurs études réalisées au XXI ème disent le contraire. Risques de maladies, trouble de l’érection ou même augmentation du stress, etc. Démêlons le vrai du faux

Très fréquente dans le sport, l’abstinence sexuelle est réputée comme une potentielle réussite dans les résultats des sportifs. Cette abstinence est recommandée au moins depuis le V ème siècle avant Jésus Christ à l’image du philosophe Platon qui disait « d’éviter l’intimité sexuelle avant les courses. »

Le légendaire boxeur Mohamed Ali, lui aussi, préconisait cette méthode en stoppant toutes activités sexuelles plusieurs semaines avant ses combats. En revanche, aucune preuve ne montre que l’abstinence avant le sport change les résultats. 

Des conséquences mauvaises pour la santé

Au-delà du sport, l’abstinence dans la vie de tous les jours est réputée pour rendre un rythme de vie plus sain. Pourtant, selon l’étude britannique de l’Anglia Ruskin University réalisée sur plus de 5700 personnes âgées de 50 ans et plus, les hommes qui ont moins de rapports sexuels après cet âge voient leur risque de maladies graves augmenter de plus de deux tiers comme des maladies chroniques (diabète).  

Les femmes, elles, auraient 64% plus de risque d’être en mauvaise santé. Dans une nouvelle étude parue en 2008 dans l’American Journal of Medicine, l’abstinence sexuelle chez l’homme pourrait entraîner des dysfonctions érectiles. De plus, l’abstinence sexuelle de plus de trois jours rendrait les spermatozoïdes de moins bonne qualité puisqu’ils auront stagné. 

Les bienfaits des rapports sexuels

Le professeur Michael Leitzmann a lui aussi publié une étude en concluant qu’une fréquence d’éjaculation élevée serait liée à une réduction de risque de cancer de la prostate. Les relations sexuelles permettent aussi de maintenir une bonne pression artérielle et de stimuler le système cardiovasculaire. Lorsque deux personnes sont excitées, le rythme cardiaque augmente et stimule la circulation du sang. Les rapports sexuels apporteraient une baisse de 50% des risques de souffrir de troubles de l’érection chez les hommes ayant des rapports réguliers.  

Selon une nouvelle étude britannique, le sexe apporterait un effet antidépresseur et tranquillisant après l’orgasme, ce qui soulage la santé psychique des partenaires. Le sexe permet aussi de libérer deux hormones qui contribuent à avoir un bon sommeil. La production d’ocytocine et de mélatonine est reconnue pour être bénéfique au sommeil et à améliorer les capacités de la mémoire.

Hugo Peres

Article réalisé dans le cadre d’un partenariat sur le Fact Checking entre Curieux et l’EFJ Bordeaux avec les étudiants de seconde et troisième années de cette école de journalisme.