Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- L’orque de la Seine rejoint les collections du Muséum national d’Histoire naturelle

Derrière une très triste nouvelle, se cache une opportunité plus positive. C’est le cas de cette orque dont les habitants des environs de la Seine et les amateurs de biodiversité ont pu suivre le destin tragique. Remontant la Seine mi-mai, ce mammifère marin emblématique des océans de 4 mètres de long n’auras survécu à son périple. Décédée le 30 mai dans les eaux de la Seine, cette femelle était malade depuis plusieurs jours. Aussitôt repêchée, une autopsie a été réalisée par des spécialistes des cétacés de l’Observatoire Pelagis du CNRS et du Muséum national d’Histoire naturelle qui a décidé de conserver le squelette.

Ce dernier est d’un grand intérêt scientifique car c’est le seul squelette complet de l’espèce Orcinus orca. Dans un communiqué, le Muséum annonce : « Cette collecte est rare et précieuse pour le Muséum. En effet, elle enrichit les collections scientifiques nécessaires aux activités de recherche qui nous permettent de mieux connaître la biodiversité et donc de mieux la préserver. »

2- Un bébé mammouth laineux momifié découvert au Canada

C’est une incroyable découverte paléontologique qui vient d’être réalisée au Canada. Plus exactement dans le Yukon, magnifique territoire de grands espaces à la frontière avec l’Alaska, connu pour ses sites d’extraction de minerais.

Et c’est justement en creusant un site aurifère que des ouvriers ont découvert un bébé mammouth laineux dans un état remarquable. Momifié, il comporte encore sa peau et ses poils. Dans un communiqué, le gouvernement du Yukon explique que « Le Yukon possède un registre fossile d’animaux de la période glaciaire de renommée mondiale, mais des restes momifiés avec peau et poils sont rarement déterrés. Nun cho ga (nom donné signifiant en langue Hän « gros bébé animal ») est le mammouth momifié le plus complet trouvé en Amérique du Nord. »

https://twitter.com/WaterSHEDLab/status/1540386237797650433

 

3- L’ion bromure, traitement prometteur pour les symptômes liés à l’autisme

C’est une recherche prometteuse pour soulager les troubles autistiques. L’ion bromure pourrait permettre de limiter les principaux troubles de ce l’on appelle les TSA : troubles du spectre autistique.

L’ion bromure sert déjà pour le traitement de l’épilepsie comme l’explique Sciences et Avenir : « Les ions bromures sont déjà connus comme traitement de l’épilepsie pour leur capacité à renforcer l’inhibition des neurones ».
Julie Le Merrer, du laboratoire Ibrain, qui a participé à cette recherche a précisé lors d’une conférence de presse : « Les troubles du spectre autistique sont une modification de l’équilibre entre excitation et inhibition neuronale. Un tel déséquilibre s’observe aussi dans l’épilepsie, qui est par ailleurs une comorbidité fréquente de l’autisme. Les ions bromures ayant longtemps été utilisés comme antiépileptiques, nous nous sommes demandé s’ils pouvaient rééquilibrer la balance dans les TSA et soulager les symptômes ».

L’étude a donné lieu à une publication scientifique dans la revue Neuropsychopharmacology. L’Inserm annonce que sur « la base de ces résultats prometteurs, la prochaine étape sera de mettre sur pied un essai clinique sur un petit effectif de patients adultes ».
A lire aussi dans le Quotidien du médecin.

Alexandre Marsat

Newsletter Curieux !
Recevez chaque semaine la newsletter qui démêle le vrai du faux et aiguise votre curiosité !