Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- On sait enfin pourquoi l’urine est jaune

Voici un mystère du quotidien que la science vient de résoudre. Chaque matin, on se demande bien pourquoi notre urine est jaune (parfois plus que d’autres matins…). On savait depuis 1897 que la couleur venait de l’urobiline. Mais depuis plus d’un siècle, aucun chercheur n’avait trouvé l’origine de sa production.

Une recherche scientifique portée par des chercheurs de l’université du Maryland vient de résoudre le mystère. La responsable est la Bilirubine réductase.

Les scientifiques expliquent dans leur étude publiée dans Nature microbiology : « Malgré l’identification de l’urobiline comme pigment jaune dans l’urine il y a plus de 125 ans, l’enzyme responsable de sa production est restée un mystère. Bien que l’on pensait auparavant que plusieurs enzymes étaient impliquées dans la réduction de la bilirubine, nos résultats soutiennent la découverte qu’une seule enzyme effectue la réduction de la bilirubine en urobilinogène19. »  C’est la bilirubine réductase !

Dans un communiqué, l’Université de Maryland précise le mécanisme : « Lorsque les globules rouges se dégradent après leur durée de vie de six mois, un pigment orange vif appelé bilirubine est produit comme sous-produit. La bilirubine est généralement sécrétée dans l’intestin, où elle est destinée à l’excrétion ».  Elle est dégradée par des bactéries intestinales qui produisent l’enzyme « bilirubine réductase » pour la transformer en urobiline et l’ évacuer. 

Et c’est ainsi que l’urine est jaune…

Le sujet peut sembler très anodin, plutôt scatologique. Et pourtant, c’est un élément de santé publique. L’absence de bilirubine réductase pourrait expliquer la survenue de jaunisse et la formation de calculs biliaires pigmentés. La bilirubine est réabsorbée si des bactéries intestinale ne produisent pas la bilirubine réductase.

2- L’histoire du Brésil réécrite par une découverte archéologique

Une découverte qui « pourrait complètement changer l’histoire non seulement de la région mais de tout le Brésil ». Cette phrase choc prononcée par l’archéologue Wellington Lage qui mène des fouilles au nord-est du Brésil a été reprise par tous les médias.
Il faut dire que les découvertes réalisées avec son équipe qui fouille une zone de São Luis, capitale de l’État du Maranhão, avant la construction d’un immeuble prévu où se situait avant la forêt tropicale sont riches de surprises.

L’Institut brésilien d’histoire et d’héritage artistique (Iphan) du ministère de la Culture qui a fait état des recherches menées dénombre pas moins 100 000 objets et 43 squelettes humains remontés à la surface. Ces traces d’occupation humaine dateraient de 8 ou 9000 ans selon les archéologues. Or, jusqu’à maintenant, on pensait que les hommes étaient arrivés il y a 6600 ans au Brésil. Le peuplement du Brésil serait alors plus ancien d’au moins 1400 ans.

L’université de l’état du Maranhão est en train de construire un laboratoire et un musée pour conserver et étudier les nombreuses pièces découvertes.

Alexandre Marsat

Newsletter Curieux !
Recevez chaque semaine la newsletter qui démêle le vrai du faux et aiguise votre curiosité !