En 1942, après l’épisode de Pearl Harbor, les Américains ont pu faire décoller leurs bombardiers sur une piste de 142 mètres au lieu du kilomètre nécessaire habituellement afin d’aller bombarder Tokyo. Comment ont-ils fait ? Arthur Hennes vous explique !

Suite à l’attaque de Peal Harbor, les Américains ont souhaité bombarder Tokyo, mais la ville était trop éloignée de leurs bases pour que cela soit possible. Les Américains eurent donc l’idée de dépouiller leurs bombardiers afin de les rendre plus légers et de les positionner sur des porte-avions. Malgré la lourdeur des appareils, le décollage était rendu possible grâce au fait que contrairement à une piste classique, celle d’un porte avion peut se positionner face au vent. Cela paraît contre intuitif, sauf que la portance d’un avion n’est pas relative à sa vitesse par rapport au sol, mais par rapport à la masse d’air qui l’entoure. Plus le vent de face est fort, moins l’avion aura besoin de se déplacer vite par rapport au sol pour décoller. Un vent de dos aurait au contraire un effet négatif dans la mesure ou l’avion aurait besoin de rouler beaucoup plus vite et beaucoup plus loin avant de pouvoir décoller. Aujourd’hui encore, même avec l’existence de catapultes, les porte-avions se mettent encore face au vent pour faciliter le décollage des avions !

Newsletter Curieux !
Recevez chaque semaine la newsletter qui démêle le vrai du faux et aiguise votre curiosité !