Au cours de leurs spectacles, les mentalistes parviennent à nous faire croire qu’ils pourraient décrypter nos pensées, visualiser nos souvenirs ou encore deviner avec précision quelle carte nous allons choisir parmi une cinquantaine de possibilités. Et pour cela, ils n’ont nul besoin d’avoir des pouvoirs extraordinaires, il leur suffit tout simplement de s’appuyer sur les failles de notre cerveau 

Ils seraient capables de lire dans vos pensées, ou encore de tout connaître de votre vie. Les mentalistes remplissent les salles de spectacles, et font irruption dans nos séries préférées, notamment pour démasquer les criminels. 

Mais existe-t-il réellement des personnes douées de télépathie ? A ce jour, aucune des études scientifiques qui se sont penchées sur le sujet n’ont mis en évidence de telles capacités.

Néanmoins, les mentalistes qui se produisent sur scène sont particulièrement habiles pour faire croire au public, le temps du spectacle, qu’ils possèdent des capacités extraordinaires.

Un mélange d’illusion, de psychologie et de mnémotechnie

« Le mentalisme est un art du spectacle où l’on mélange l’illusion, ainsi que des principes de psychologie et de mnémotechnie. Grâce à ces techniques, n’importe qui peut donner l’illusion de lire dans les pensées », indiquait en 2019 le mentaliste Clément Freze dans le podcast dédié à l’esprit critique Méta de choc.

Alors concrètement, comment le mentaliste parvient-il à identifier l’objet que vous visualisez à l’instant, ou à deviner précisément un mot sélectionné par un spectateur dans un livre de 300 pages ?

Notre cerveau nous joue des tours

« Les mentalistes, à l’instar des autres illusionnistes, exploitent les failles naturelles de notre cerveau », indique dans un article de l’Université de Genève le professeur en psychologie cognitive Dirk Kerzel. Et selon le chercheur, ces illusionnistes de l’esprit s’appuient en particulier sur trois mécanismes cognitifs.

Le premier est la « cécité au changement ». Ce mécanisme abondamment utilisé par les illusionnistes est lié au fait que contrairement à un appareil photo, notre cerveau ne fournit qu’une représentation partielle de la réalité. « Nous n’enregistrons pas tous les éléments présents sur une scène. Ce serait trop lourd pour notre système cognitif. Le cerveau fait ainsi un tri pour se concentrer uniquement sur ce qui a, selon lui, de l’importance », détaille Dirk Kerzel.

Ainsi, en détournant l’attention du spectateur, l’illusionniste peut donner l’impression de faire apparaitre ou disparaitre un objet.

Biais de cadrage

Un autre ressort mobilisé par les mentalistes est le « biais de cadrage » : même si nous pensons que nous sommes seuls responsables et totalement libres de nos décisions, ce n’est pas le cas. Nous sommes en réalité cadrés par des stimuli externes qui guident nos choix.

Un exercice bien connu qui illustre ce biais est celui qui consiste à volontairement activer le concept « blanc » chez une personne, en lui demandant de quelle couleur est la neige, et en lui montrant des images d’animaux blancs par exemple. Demandez-lui ensuite immédiatement « que boit la vache ? », et elle vous répondra alors probablement « du lait ».

En guidant ainsi nos réponses, les mentalistes peuvent donner l’illusion de lire dans nos pensées.

Une étude réalisée en 2013 par des chercheurs en neuroscience de l’université de Buenos Aires a par exemple montré que des spectateurs qui assistaient à une démonstration de magie n’avaient pas conscience du fait que le magicien les influençait fortement à choisir certaines cartes plutôt que d’autres. « Nos données ont montré un aveuglement marqué dans l’introspection du libre choix », concluent même les auteurs de cette étude.

Enfin, nous avons également tendance à surestimer notre individualité : la plupart du temps nous nous comportons comme tout le monde. Nos décisions sont assez prévisibles, et notre cerveau opte généralement pour les décisions les plus faciles. Ce qui peut grandement aider le mentaliste à anticiper ce que l’on va faire.

Thomas Allard

Avec le soutien du ministère de la culture

Newsletter Curieux !
Recevez chaque semaine la newsletter qui démêle le vrai du faux et aiguise votre curiosité !