Pourquoi le sport est-il bon pour la santé ?

Une bonne résolution pour la nouvelle année : faire du sport ! Oui, mais pourquoi ? À l’heure où le médecin peut la prescrire, la pratique sportive est devenue, ces dernières années, un leitmotiv pour la santé tout autant qu’une alimentation équilibrée.

Mais alors comment faisaient nos aïeux, pour qui les salles de muscu ou le jogging étaient inconnus ? On vous dira qu’ils n’avaient pas besoin d’aller à la salle le dimanche, ni de courir dans les bois, vu les kilomètres parcourus à vélo pour aller à l’usine ou l’énergie dépensée dans les travaux des champs. Sans compter la marche, à une époque où la voiture était rare. D’autant que tout est question de régularité.

D’ailleurs, en terme de santé, on parlera plus d’activité physique que de sport. Elle va prévenir certains cancers ou encore les maladies cardio-vasculaires, en particulier en faisant baisser la tension artérielle et en améliorant les performances cardiaques. Et, évidemment, en évitant ou en combattant le surpoids, l’activité physique va éloigner toutes les complications liées à l’obésité. Il est juste de dire que le sport permet de ne pas rouiller : en sollicitant les articulations, on repoussera l’arthrose et l’ostéoporose.

Autre bienfait, le sport développe les défenses immunitaires. Si le lien de causalité est peu connu, on sait toutefois que l’activité va les stimuler. Et, pour les personnes plus âgées, l’activité permet de prévenir de nombreux maux et de conserver une bonne motricité. Le fameux « sport sur ordonnance » est d’ailleurs fait pour des affections de longue durée : des personnes touchées par des maladies neurodégénératives, des cancers ou du diabète, à qui on prescrit des activités adaptées.

Bon pour le moral

Et, cerise sur le gâteau, le sport est aussi très bon pour le moral. Grâce à la production d’endorphine, vous éviterez les coups de blues. En plus, cette production d’hormone du bonheur vous donnera envie de vous y remettre.

Mais, attention, pour que le sport ne nuise pas à la santé, la modération est de mise. Une pratique trop intensive ou trop brutale pour un corps mal préparé peut avoir des effets néfastes : fractures, problèmes cardio-vasculaires, élongations, ruptures ligamentaires, etc.

Quand on vous dit que tout est une question de régularité…

Alexandre Marsat

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest.
http://www.sudouest.fr/lemag/