Les femelles préféreraient les mâles bien cérébrés

« L’Homme propose, la femme dispose ». Sur la base de quels atomes crochus ? La beauté, la force ? Darwin, le célèbre naturaliste, a parié sur le sex-appeal de l’intelligence. 160 ans plus tard, des chercheurs chinois et néerlandais prouvent enfin ses dires grâce à un site de rencontre d’un nouveau genre… pour perruches.

La vie sexuelle est un secteur hyper concurrentiel. Pour se démarquer, les espèces rivalisent d’inventivité : roue du paon, brame du cerf, nids de catégorie Légo technique… Mais « Tout ça n’est que pure propagande de guerre ! » affirme Thierry Lodé, un écologue spécialiste de la sexualité animale. Alors que sélectionner un partenaire intelligent apporterait un véritable avantage évolutif à la descendance. C’est ce que pensait intuitivement Darwin. Restait à le prouver.

La guerre des mâles

La revue Science a publié en janvier 2019 les résultats du premier speed dating animal de l’histoire ! Des chercheurs ont aménagé un triplex pour chacune des 17 femelles perruches ondulées. Madame, placée entre ses deux prétendants, indique le choix de son partenaire par le temps qu’elle passe avec lui (voir la vidéo). Les éconduits sont ensuite entraînés pour ouvrir deux sortes de boites qui contiennent des graines. Puis c’est le test de la deuxième chance (voir la vidéo). La situation s’inverse, « Charmant » est mis sur la touche. 1 à 0 pour les cérébrés !

Et chez l’Homme ?

Espèce de sapiosexuel ! Non, ce n’est pas une insulte du Cap’tain Hadock. Le terme a été inventé en 2014 pour définir une nouvelle catégorie de lovers sur le site de rencontre américain OK Cupid. Il désigne les personnes qui s’intéressent avant tout à l’intelligence et au savoir plutôt qu’au plumage et au ramage. Même si cela ressemble plus à un concept marketing qu’à une validation de l’hypothèse de Darwin, le terme a trouvé son public. 9 000 utilisateurs sur OK cupid, une page Facebook… Mais finalement de quelle intelligence parle-t-on ?

 

Sophie Nicaud